Jolie fratrie // Aloïs & Léonor

Ombeline est la maman de deux petits gars aux prénoms rares et raffinés, Aloïs et Léonor. Des prénoms originaux mais non inventés, et dont la graphie reflète les caractères de ces beaux beaux enfants. De jolies idées à piocher pour les parents à la recherche de prénoms peu courants !

Aloïs, Henri, Martin

« Petite présentation, j’ai 33ans et je m’appelle Ombeline (ma mère a rêvé de ce prénom pendant sa grossesse et hop dans le mile, à la mairie mon père a dû ramener un dossier de preuve d’existence du prénom, qu’il existait bien une sainte Ombeline etc 😃). Je n’ai jamais été complexée par mon prénom peu courant, pourtant très timide enfant, j’ai toujours été fière de mon prénom « bizarre », merci maman ! Aussi c’était évident que mes enfants auraient de beaux prénoms peu courants, mais surtout pas inventés, je voulais des prénoms ayant une histoire, une âme, un saint. Pourquoi ? Aucune idée mais c’était essentiel. Et bien sûr c’est une décision de parents, alors pas un mot à la famille ! ;)

Durant mes études, je croise une maman qui somme son petit Léandre de se dépêcher. Je pourrais encore le décrire comme si c’était hier ce petit garçon tellement j’ai « buggé » à ce moment-là. J’avais 18 ans, n’étais pas encore en couple mais si j’avais un jour un fils il s’appellerait Léandre !

Enceinte de mon premier garçon, nous commençons à chercher, je bloque sur Léandre de suite, mais mon conjoint n’est pas fan. Il aime Camille. Je propose Cassandre (histoire de mélanger les sonorités des deux prénoms mais mon conjoint a peur de la version féminine bien plus répandue, une question qui nous suivra 4 ans plus tard encore…). Un jour je propose Aloïs, je sais que je l’ai en tête très longtemps mais ne me souviens plus d’où, le papa aime bien. S’en suivent des mois d’hésitation entre Léandre et Aloïs, quand l’un tranche pour L., l’autre préfère A. et vice versa. Léandre me tient vraiment à coeur, j’ai peur de louper ma chance si on ne le donne pas de suite, qu’il sorte dans les naissances de l’entourage mais Aloïs me plait vraiment aussi. Bref, on tourne en rond, à un mois d’accoucher on lâche l’affaire : on verra à sa bouille !

Notre bébé vient au monde une nuit de janvier, sans prénom pré-écrit sur son étiquette de berceau donc… Pendant 3h notre fils ne s’appelle pas, on a même oublié qu’il lui fallait un prénom tellement nous étions sur notre nuage. Puis au moment d’appeler la famille pour annoncer la naissance, nous nous rendons compte que nous n’avons pas choisi ! Alors nous le regardons et c’est unanime, il a une bouille de coquin fripon, un bouille d’Aloïs, pas de Léandre !

Aloïs a aujourd’hui 5 ans et il ne porterait pas mieux n’importe quel autre prénom. Il aime écrire son prénom parce que lui seul dans sa classe possède un « i » avec 2 points dessus ! Le prénom a surpris les plus jeunes, a conquit ma mère, et ravi les arrières-grands-parents car de leur génération. C’est un vieux prénom d’origine allemande, on a même un moment hésité à garder l’écriture allemande Aloys et puis non. »

Léonor, Pierre, Albert

« Nous voici rendu 4 ans plus tard, second garçon en préparation. Léandre n’est plus en shortlist, nous sommes d’accord avec le papa là-dessus, pas qu’il ait été donné dans l’entourage, mais parce qu’il fait partie de l’histoire de notre ainé. C’est donc reparti pour une recherche mais les choses se corsent, les vieux prénoms deviennent « mode ». J’adore Roméo, papa rejette en bloc. J’aime Siméon, papa le trouve pas fini, et puis Robinson. Papa le trouve trop long mais pourquoi pas. Je veux un prénom qui « chante » mais de façon douce et fluide, je sens que mon bébé est un bébé apaisé, bien différent de sa canaille de frère.

En vacances chez une cousine enceinte également qui cherche LE prénom de son futur garçon, nous cherchons ensemble des idées, livres, internet etc. Je tombe sur Léonor, coup de foudre immédiat, j’en parle au papa, ça lui plaît alléluia !! Ok on en revient à la problématique du prénom dit mixte, on fait nos recherches, il est bien plus répandu au féminin avec ses origines espagnoles, mais en France au 17ème les Léonor étaient ducs, archevêques, seigneurs, architectes. Il existe un saint, une légende, une histoire, ça chante comme je veux, c’est parfait !

Ça aurait été tellement simple d’en rester là mais non… Avec l’expérience du premier on s’inquiète : il nous faut deux prénoms pour choisir à sa bouille, on ne peut pas choisir un seul prénom, et si ça ne lui allait pas ?  Non non on est pas compliqué nous… Du coup on gardera Léonor et Robinson jusqu’à la naissance, s’il nait un vendredi ce sera certainement Robinson ;), sinon on verra.

31 décembre… notre bébé tout calme déboule comme une tornade, pas le temps de dire ouf mais c’est bien un petit Léonor, pas de doute !

A l’annonce de la naissance et du prénom, ma mère toujours totalement fan :D beaucoup de gens surpris, on s’y attendait mais on s’en fiche. Tout le monde s’y est fait, aujourd’hui Léonor est un beau petit père de 20 mois, son prénom est adopté, il est complimenté par certains, provoque toujours la surprise chez les nouvelles connaissances mais il lui va tellement bien !

Nos enfants ont en 2ème et 3ème prénoms ceux de leurs arrières et arrières-arrières-grands-parents. Aloïs, Henri, Martin pour mon grand-père (Henri) et la mémé (Marthe) du papa, tous deux décédés juste avant ma grossesse, c’était un hommage évident. Léonor, Pierre, Albert, il porte les prénoms de ses deux arrière-grands-pères encore en vie.

J’aime toujours autant les prénoms de mes enfants, aucun regret, j’aime les dire, les entendre et les trouve beaux écrits, leur visuel reflète vraiment les caractères de mes fils, Léonor est tout en calme, douceur, rondeur comme ses lettres à boucle entrelacées de mêmes hauteurs. Aloïs est changeant, vif, coloré comme ses lettres de toutes formes (boucles, droites, points) et de toutes hauteurs.

Si un jour il y a un 3ème enfant, on restera sur notre lancée de prénoms « étranges » comme nous disent certains, et il possédera certainement un « o », en fait nous avons tous les 4 un « o » dans nos prénoms ! Pas fait exprès on s’en est rendu compte après… »

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr

Jolie fratrie // Valentin & Douce

Amandine est la maman de Valentin et Douce. Des prénoms choisis comme des évidences grâce à un petit jeu inventé avec son mari. Une jolie idée à retenir pour se mettre d’accord avec sa moitié. Amandine nous raconte…

« Mon mari et moi commençons notre histoire d’amour en juillet 2008. Nous ne nous quittons plus et sommes très fusionnels et très vite nous nous mettons d’accord : nous voulons rapidement des enfants. En juillet 2009, nous avons la belle surprise du test positif. Quoi déjà ?! Dès le deuxième mois d’essai ? Alors là, on est efficace lol… j’ai tout de suite envie de me projeter et de lui trouver son joli  prénom :

Valentin, Bernard, Guillaume

« Je voulais une fille mais tenais absolument à trouver un prénom fille et un prénom garçon alors nous entamons un petit jeu. Nous écrivons les prénoms que nous aimons sur une ardoise, et si l’un des prénoms ne convient pas on a le droit de le barrer mais avec obligation d’en proposer un autre. Je remplis très vite la liste des prénoms pour les filles : Douce (tiens, tiens…) en sachant à 100 pour cent que papa ne voudra jamais (si j’avais su !) Lou, Jade, Perle, Linoua. Papa part sur Camille, Clémence, Marie, enfin nous ne sommes pas du tout sur le même registre. Et pour le garçon, nous sommes beaucoup moins sérieux et beaucoup moins inspirés. Je propose des Noa, Timeo, Loris et papa des Axel, Louis, Raphaël et un jour je propose Valentin, et cela devient notre coup de coeur… A 5 mois de grossesse, nous apprenons que ce sera un petit garçon et Valentin devient notre évidence. Alitée à 5 mois et demi de grossesse, je crée ce lien avec mon Valentin… qui naîtra finalement à terme.

Aujourd’hui, je me dis que finalement ce prénom lui va à merveille : doux, bienveillant et hypersensible. Un artiste dans l’âme. Il déteste le 14 fevrier car pour ce petit enfant plutôt discret tout le monde pense à lui. Même si cela n’est pas fait exprès je trouve que le joli symbole de la fête des amoureux correspond totalement au couple que nous formons avec son papa.

Bernard et Guillaume sont deux hommages : celui du grand-père de mon mari qui l’aimait beaucoup et moi celui de mon frère parti trop tôt… »

 Douce, Christianne, Valentine

« Alors ce prénom, quelle histoire… Pendant ma première grossesse, je lis un livre de prénoms et tombe sur Douceline et autres prénoms dérivés de « douce ». Il m’interpelle mais je continue ma lecture. Mais ce prénom me reste et je retourne en arrière. Je me dis pourquoi pas… Je le note sur ma petite ardoise en me disant que c’est un prénom beaucoup trop rare et original pour que monsieur aime… En rentrant du travail, je le vois se diriger vers cette petite ardoise et le vois écrire. Je me dis que Douce ne lui plait pas et contre toute attente, il m’avait donné son accord. Je suis folle de joie mais nous apprenons que finalement ce sera un garçon… je dois oublier ce prénom coup de coeur.

Trois ans plus tard, en 2012, pour notre plus grande surprise, un nouveau bébé s’installe dans mon bisou  Chose pas du tout prévue dans notre programme (nous devons nous marier). Peu importe, cet enfant nous le voulons, on décale le mariage… Je ne veux pas connaitre le sexe mais monsieur insiste et nous apprenons rapidement que c’est une fille (nous cachons le sexe à notre entourage pendant toute la grossesse).

Une fille… ce joli prénom coup de coeur me revient. DOUCE. Mais nous doutons. Peut-être trop original, peut-être qu’elle ne supportera pas de le porter alors nous cherchons d’autres prénoms mais rien y fait. Douce ne nous quitte pas… Je décide de peindre les lettres de ce prénom pour le mettre au dessus de son lit. C’est une révélation : ce sera notre Douce. Un point c’est tout.

Le 21 juillet 2012, voilà qu’elle pointe le bout de son nez. Nous allons devoir révéler son prénom et là, beaucoup de gros yeux : c’est la surprise générale ! Mais maintenant les gens n’y pensent plus et trouvent cela plutôt joli. Douce, petite blonde au caractère bien trempé qui n’a pas sa langue dans poche, drôle et inventive…

Christianne est le prénom de son arrière-grand-mère et Valentine le prénom féminin de son grand frère. Si elle avait été un garçon cela aurait été Loris (mais c’est une autre histoire…).

Complices et fusionnels, Valentin et Douce sont des enfants sages et bienveillants et nous nous disons souvent que nous avons de la chance d’avoir des enfants aussi chouettes (forcément ce sont les nôtres, ce sont les meileurs…) nous espérons très vite pouvoir avoir la chance de chercher un troisième prénom pour agrandir notre petite famille… »
Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr

Jolie fratrie // Philippine, Ambre & Marceau

Professeur de maths et passionnée de chevaux, Rose-Lou est une maman à plein temps qui l’est devenue très jeune mais qui n’a jamais regretté ses choix. Elle vient nous raconter l’histoire des prénoms de ses enfants, tous trois chargés d’histoire et choisis avec précaution et beaucoup d’amour : PhilippineAmbre et Marceau

Philippine, Liliane, Maïa, Liberté

« Ma première grossesse n’a pas vraiment été prévue… Je suis tombée enceinte à l’âge de 15 ans du garçon dont j’étais follement amoureuse. Cette grossesse ne m’a pas tout de suite rejouie. C’est vers les 5-6 mois que j’ai commencé à vraiment me projeter et à imaginer l’avenir avec mon futur bébé. J’étais toujours avec le père de cet enfant et notre vie à trois s’annonçait très compliquée… Pas de boulot, pas d’argent, pas de logement… Toute la journée, j’angoissais, je me posais toujours les mêmes questions : « Qu’est-ce qu’on va pouvoir offrir à cet enfant ? », « De quoi on allait vivre ? », « Est-ce qu’on sera à la hauteur ? »…  J’en venais même à me demander si on avait fait le bon choix de garder ce bébé…

Et un jour, mon copain m’a tout simplement dit avec calme et tranquillité « Ecoute, on ne sera peut-être pas les parents les plus parfaits mais ce bébé sera notre perfection ». Cette phrase m’avait complément rassurée et c’est à partir de là que j’ai commencé à me sentir sereine, soulagée et surtout une future maman ! Avec mon copain, nous commencions à préparer l’arrivé de ce bébé dont nous voulions pas savoir le sexe car j’adore les surprises (même si j’étais persuadée d’attendre une petite fille alors que le papa un petit garçon) et on commençait à chercher des prénoms. Depuis toute petite, j’aime les prénoms originaux, un peu anciens mais pas non plus très rares, et avec une signification qui possède une histoire et qui a un sens à mes yeux. Nous avions préparé une liste de prénoms pour fille et garcon chacun de notre côté. Pour ma part, j’avais opté pour les prénoms : Léontine, Faustine et Alanis pour une fille et Léandre, Arsène et Théophile pour un garcon. Du côté du papa, c’était : Aglaé, Luce, Callistine pour une fille et Paolo, Charles et Émile pour un garcon.

Moi je n’étais pas pour Aglaé ni Luce, je trouvais ces prénoms trop durs à porter pour une petite fille, quant au prénom Callistine j’aimais bien mais ce n’était pas le coup de coeur… Lui n’aimait aucun de mes prénoms filles. En revanche pour le prénom du garçon on était d’accord sur Arsène. C’était donc choisit pour un garçon mais pour une fille, c’était autre chose… Plus les mois passaient et moins on avait d’idée pour le prénom de fille…

J’étais à quelques semaines de l’accouchement et mon copain retenta de me proposer le prénom Callistine, mais quelque chose me dérangeait dans ce prénom… Et un jour en me promenant dans la rue, j’entendis une maman appelait sa fille Philippine, elle était pétillante et blonde comme les blés et de plus la maman était une adolescente comme moi… Ça devait être un signe, j’avais eu le coup de coeur pour ce prénom doux et chic. De suite, j’en avait parlé à mon copain et il était d’accord, il adorait car ça avait la même terminaison que Callistine.

Quelques semaines plus tard, un 4 octobre, notre petite Philippine est née, ce fut un véritable ange avec des grands yeux bleus.

Son deuxième prénom est Liliane comme ma grand-mère, son troisième est Maïa en hommage à la grand-mère de mon copain décédée quelques temps avant… Et Liberté, pour notre liberté d’avoir choisi de garder cet enfant que nous avions jamais regretté !

(Quelques mois plus tard, j’ai appris par ma grand-mère que le prénom Philippine signifiait « ami des chevaux » donc c’était vraiment un signe car depuis toute petite je suis une passionnée de ces animaux). »

Ambre, Léontine, Violette 

« 8 ans plus tard, je suis retombée de nouveau enceinte du même garçon. Nous étions toujours ensemble et toujours amoureux. Nous étions encore jeunes (23 ans) mais la venue de Philippine nous avez fait mûrir. Encore dans les études, mais avec un logement et des petits boulots, nous voulions faire un deuxième enfant. Nous nous sentions de nouveaux prêts à accueillir un petit être dans notre famille.

Philippine avait 8 ans quand j’attendais son petit frère ou sa petite soeur. Cette fois-ci, avec le papa nous voulions savoir le sexe de l’enfant afin de se consacrer au mieux pour le prénom du futur bébé. Alors que Philippine rêvait d’une petite soeur, nous espérions un petit garçon ! Et bing… C’était une petite fille ! Nous étions quand même très heureux d’attendre encore une petite fille, et de replonger à la recherche du prénom coup de coeur ! Cette fois-ci nous n’avions pas fait de liste, nous avons pris le temps de chercher ensemble. J’avais ressorti Léontine mais cela ne passait toujours pas pour le papa… Célestine non, Brunelle non, Aliénor archi-non… Tout y passait et mon copain n’aimait rien… Ce fut aussi compliqué que la recherche du prénom de notre première fille mais nous attendions le coup de coeur ! Philippine proposa Violette, j’aimais beaucoup, c’était doux, féminin, chic, et en plus c’était ma couleur préférée, mais le papa n’aimait pas car il y avait le mot « viol », c’est sûr que ça m’avait refroidi…

C’est au bout du 8ème mois, alors que nous étions en train de regarder la télévision, que nous entendions le prénom Ambre dans un film. On s’est regardé, on s’est sourit, on a aimé, on a plus cherché d’autre prénom. Ça sera une petite Ambre qui signifie « pierre precieuse » qui représente un sens à nos yeux car mon copain s’appelle Pierre et elle était déjà précieuse pour nous ! Encore un signe !

Un 1er juin, notre deuxième petite princesse est arrivée ! Brune aux yeux bleus, notre petite Ambre a tout de suite était prise par Philippe dans ses bras !

Son deuxième prénom est Léontine (le papa a accepté avec difficulté de le mettre quand même en deuxième prenom) et son troisième prénom, c’est Violette (le prénom choisi par sa grande soeur). »

Marceau, Georges, Pierre

« 5 ans après la naissance d’Ambre, nous décidions d’avoir un troisième enfant. Je venais juste de terminer mes études de sciences et j’avais obtenu mon diplôme pour devenir professeur de maths. Mon compagnon (qui était toujours Pierre) était devenu informaticien, un métier dont il avait toujours rêvé. Tout allait pour le mieux, nos deux petites princesses s’entendaient à merveille mais avec mon copain nous rêvions d’un petit garcon !

Quand je suis tombée enceinte, mon papa est tombée gravement malade… Il avait un cancer du poumon et malheureusement les médecins avait très peu d’espoir étant beaucoup âgé… J’étais dévasté et il est vrai que je m’occcupais plus beaucoup de ma grossesse… Mon papa était mon héros….

A mon 5ème mois de grossesse, nous avions appris que j’attendais un petit garçon et pourtant cette nouvelle me rejouissais pas autant que je l’aurai voulu… Malheureusement, quelques semaines plus tard, mon papa a rejoint le ciel… Avant de partir, il m’avait dit ces quelques mots que je n’oublierais jamais : « Profite de ta vie, réjouis toi de ta grossesse, ne l’associe pas à ma mort, associe ce petit bonhomme a un espoir« .

Et mon papa avait raison, ce petit bonhomme qui grandissait dans mon ventre, je l’avais associé à mon espoir de reprendre goût à la vie, de l’associer au bonheur ! J’arrivais au terme de ma grossesse et nous n’avions toujours pas cherché un prénom pour notre petit garçon…

Quand j’avais demandé à Pierre s’il avait des idées de prénoms, il m’a répondu tout naturellement « ça me semble évidemment ça sera Marceau ». J’ai fondu en larmes, c’était des larmes de joie, de tristesse, de soulagemnt, d’appréhension .. Marceau était le prénom de mon papa et ça allait devenir le prénom de notre fils.

Le 14 avril, notre petit Marceau est arrivé dans notre famille ! Petit nez en trompette, quelques cheveux bruns, ce prénom lui allait à merveille et toute la famille fut très ému de cet hommage ! J’en étais fière !

La nuit où Marceau est né, une étoile filante est passée devant ma fenêtre de chambre d’hôpital, j’ai toujours cru que c’était un signe de mon papa donc j’ai fait le voeu que mon petit Marceau soit comme son grand-père !

Son deuxième prénom c’est Georges comme son grand-père paternel et son troisième prénom c’est Pierre comme son papa. »

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr