La jolie histoire d’un prénom // Elisée

Laura et Stéphane sont les parents d’un adorable petit Elisée. Un prénom rare et ancien, profondément ancré dans l’histoire biblique. Laura nous raconte la belle histoire du prénom de son magnifique petit garçon.

Elisée

Je vous contacte car j’ai trouvé superbe l’initiative de votre site. Justement à l’époque je cherchais un prénom à la fois rare et biblique pour le petit garçon que nous attendions car nous sommes chrétiens. Mon mari a eu une idée magnifique : nous allions l’appeler Elisée.

Pour la petite histoire, il s’agit d’un prénom d’origine hébraïque. Elisée était un prophète juif qui a vécu au temps d’Elie et qui lui a succédé, en faisant des choses encore plus grandes et belles que lui. Son histoire peut être retrouvée dans l’Ancien Testament, dans le second livre des Rois… Sa fête dans le calendrier est le 14 juin.

Les gens sont souvent un peu surpris quand ils entendent son prénom, ils évoquent plutôt les Champs Elysées ou le palais présidentiel mais rien à voir en fait… De toute façon nous trouvons son prénom très joli… et c’est bien là l’essentiel.”

Votre enfant porte un prénom ancien, rare et/ou original ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous la Jolie Histoire de son Prénom : contact@jolisprenoms.fr

Jolie fratrie // Joaquine, Léone & Paula

Agathe, jeune maman de 28 ans, est à la tête d’une jolie fratrie de filles aux prénoms peu communs : Joaquine, Léone et Paula. Des prénoms originaux aux sonorités plutôt mixtes, voire masculines, et des références à la culture populaire et à un sport cher au coeur du papa, le surf ! Agathe nous raconte comment elle et son mari ont choisi les prénoms de leurs enfants, à l’âge où d’autres commencent tout juste leur vie d’adultes !

Joaquine, Fatima, Béatrice 

“J’ai toujours aimé les prénoms hors du commun. Je trouve qu’un prénom original est une force.  Malgré ma nature introvertie, j’ai toujours eu le souhait de me démarquer des autres. Pour moi, le prénom est la première image de vous, qui montre que vous êtes une personne unique… 

Enceinte de notre premier bébé, nous avions souhaité ne pas connaître le sexe. À tout juste 21 ans, nous étions très excités à l’idée de devenir parents, à l’âge où la plupart de nos amis étaient étudiants ! Fille ou garçon, ce bébé allait être le premier de ma famille, de nos amis… c’est certain que le sexe nous importait guère !

Très rapidement, mon mari, menuisier et skateur, avait choisit Zéphyr pour un garçon, en référence au surfshop « Zephyr » de Venice (Californie) et aux débuts de la culture skate des années 70… Moi je trouvais ça cool, et j’ai tendance à chercher les origines, donc Zéphyr, personnification grecque du vent, ça m’allait ! Pour une fille, je voulais un prénom qui sonne plutôt masculin, assez mixte. Nous n’avons pas mis longtemps à nous mettre d’accord sur Joaquine. Ce prénom vient de mon grand-père maternel que je n’ai pas connu. Joaquim était portugais, et c’était un bel hommage d’appeler notre fille ainsi. Nous avons cherché son féminin : Joaquina, et opté pour Joaquine pour le « franciser » et lui donner ce côté mixte que je souhaitais.

Bref, à sa naissance, une petite fille, et le prénom qu’elle allait porter une évidence ! Elle porte en deuxième prénom celui de ses deux grands-mères. Aujourd’hui, Joaquine est la personne la plus cool que je connaisse (et oui, c’est ma fille…!). Elle aime se démarquer, elle aime le foot et les rappeurs qui disent des vilains mots… Elle est dingue de son père, de chaussures et de fringues, elle prône déjà le féminisme du haut de ses 6 ans !”

Léone, Matilda, Samuelle 

“Notre deuxième fille est arrivée très vite, par surprise ! Par souci de maîtrise de cette grossesse inattendue, je souhaitais cette fois connaître le sexe du bébé. Le choix du prénom était plus difficile, nous avions du mal à nous mettre d’accord. L’idée de Léone est arrivée dès le début pour ma part, c’était une évidence. Mon mari était catégorique : non ! C’était vieux, et ça rappelait la voiture, La Seat Leon…

Moi j’adorais. Et je n’arrivais pas à passer à un autre prénom. Je le trouvais à la fois doux et dur, je lui trouvais des sonorités créoles et africaines, tout ça, tout ça… et il allait parfaitement bien avec Joaquine. À force d’en parler, notre entourage a commencé à s’y faire, et mon mari à l’intégrer et même à l’apprécier !

Léone est née, le contraire de Joaquine : peau de porcelaine et les yeux d’un bleu profond ! Ses deuxièmes prénoms sont ceux de sa marraine Mathilde (ma petite sœur), Matilda fait référence au roman de Roald Dahl et aussi la chanson d’Alt-J et la chanson d’Harry Belafonte. Et son parrain Samuel, qu’on a féminisé. Ma petite Léone porte si bien son prénom : coquine, rigolote, généreuse et unique !”

Paula, Malik 

“Enfin, notre dernière petite fille rejoint notre équipe ! Cette fois-ci nous gardons la surprise ! Tout le monde nous disait que l’on « tentait » le garçon… Mais nous, on faisait un troisième enfant, et encore une fois, fille ou garçon, ça n’avait pas d’importance ! 

Si c’était un garçon, j’avais choisis Malik. Comme le surfeur Malik Joyeux. De plus, ça voulait dire Vague en inuit, on restait dans le thème. J’adore sa sonorité ! Pour une fille, c’était Paula… un prénom portugais pour fermer la boucle ! Nous le prononçons à la française, même si sa grande sœur préfère l’appeler Paola. Nous laissons donc le choix pour la prononciation ! 

Je voulais terminer cette fratrie par un prénom qui sonne plus féminin cette fois-ci. À sa naissance, nous étions une fois de plus, heureux et pas surpris d’accueillir Paula ! Pour son deuxième prénom, vous avez bien compris que j’ai réussi à “caser” mon prénom de garçon que je n’aurai pas… et pour le coup, ça masculinise son prénom très féminin ! De plus, elle utilisera son prénom entier comme nom de scène quand elle sera chanteuse de soul ;)”

Vos enfants portent des prénoms anciens, rétro, rares, classiques, bohèmes et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr 

La jolie histoire d’un prénom // Elvia

Comment choisir un prénom dans le cas d’une adoption ? Faut-il conserver le prénom d’origine de l’enfant, ou bien lui en attribuer un nouveau choisi par les parents adoptifs ? Elvia, enfant adoptée devenue jeune adulte, nous parle de son joli prénom. Un récit touchant qui pourrait inspirer des futurs parents à la recherche d’un prénom rare pour leur bébé.

Elvia, Anna, Lucie, Cam

“Je suis originaire d’une ville au sud du Vietnam et j’ai été adoptée par un couple de français il y a 21 ans. D’aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours intéressée à la provenance de mon prénom. Ce n’est pas comme si on trouvait des Elvia à chaque coin de rue. Alors j’ai demandé à mes parents de m’expliquer : pourquoi Elvia ?

Ma mère a toujours rêvé d’être mère mais la nature a fait qu’elle n’a pas pu avoir d’enfants naturels. Quand l’agrément pour l’adoption a été accepté et que mes parents ont su qu’une petite fille les attendait à des milliers de kilomètre de là, ils se sont lancés dans cette fameuse chasse aux prénoms. Ma mère affectionnait particulièrement Garance et Jéromine, dieu merci – surtout pour Jéromine – mon père n’était pas d’accord. Ils n’ont jamais fait de liste ; c’était simple, ma mère proposait et mon père donnait son avis. Jusqu’au jour où mon père, qui est agriculteur – éleveur, a eu une employée qui s’appelait Elvia. Ca a été un coup de coeur immédiat pour tous les deux.

Je suis arrivée en France sous les prénoms d’Elvia, Anna, Lucie, Cam. Anna pour la mère de mon grand-père paternel. Lucie pour la mère de mon grand-père maternel. Et Cam, parce que c’est le prénom qui m’a été attribué au Vietnam par les soeurs de l’orphelinat dans lequel j’ai été élevée les deux premiers mois de ma vie, avant d’être adoptée.

Aujourd’hui, je ne suis pas la plus grande fan de mon prénom mais je l’aime bien. Surtout quand je pense que j’aurais pu m’appeler Jéromine – je n’ai rien contre ce prénom, il en faut pour tout les goûts – ou que j’aurais pu garder mon prénom vietnamien. Quoique le mien ne soit pas le pire… Pour la petite anecdote, deux couples d’amis de mes parents, adoptants également, ont gardé pour leurs enfants leurs prénoms d’origine : May & Yuh et Taeva & Poeti. Outre mon avis personnel sur la question, mon prénom a fait l’unanimité dans ma famille et c’est encore le cas quand je rencontre des gens et que je leur dis comment je m’appelle : « C’est un très joli prénom », « Que c’est original, j’adore »…

Deux ans plus tard, mes parents ont adopté un petit garçon au Nord du Vietnam cette fois. Mon petit frère s’appelle Corentin, Anh (qui se prononce Aie) !”

Vous portez un prénom ancien, rare ou original ? Vous vous êtes réconciliés avec votre prénom, ou au contraire n’avez jamais réussi à l’accepter ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre histoire : contact@jolisprenoms.fr