Jolie fratrie // Rose & Joseph

Je suis très heureuse d’accueillir Julia du blog Rose comme trois pommes, maman de Rose et Joseph. Deux prénoms doux et romantiques, à l’image du blog et du compte Instagram de cette maman expatriée à Vienne, en Autriche. Julia nous raconte l’histoire des prénoms de ses adorables bambins…

img_5261Rose

« Je tombe enceinte en 2013, et je suis persuadée d’attendre un garçon, c’est ce que j’ai toujours imaginé. D’ailleurs, j’ai déjà le prénom : Joseph. Mais le papa n’est pas du tout du tout d’accord. Et puis, il ne veut pas qu’on y réfléchisse trop tôt dans la grossesse, alors que moi, dès le premier mois, j’y pense déjà.

À quatre mois de grossesse, nous apprenons que nous attendons une petite fille et je suis très heureuse mais très surprise ! J’ai toujours adoré imaginer les prénoms de mes futurs enfants, et j’ai en tête des prénoms originaux, avec pas mal de fantaisie. Mais maintenant que je suis enceinte, je reviens vers du classique, ce bébé est réel il lui faut un prénom « sérieux ».

François (mon mari) veut bien commencer à m’écouter quand je rédige mes listes, mais il refuse tout en bloc, et je le trouve vraiment difficile ! Moi, j’aime beaucoup Salomé, Valentine et Violette. Mais c’est non !

Je cherche encore et lui propose Hedda, que je trouve en voyant une affiche de la pièce de théâtre « Hedda Gabler ». Il n’est pas contre, c’est la première fois qu’on se met d’accord. Mais comme c’est trop facile, c’est moi qui commence à avoir des réticences. J’aime beaucoup ce prénom mais je crois que ce n’est pas nous. Trop original, trop « bobo » peut- être… on se remet à chercher. Nous trouvons « Marie », qui est tellement élégant et intemporel (et qui assure à François que nous n’aurons jamais de Joseph) ! Et puis, il me propose Rosa, mais là c’est moi qui ne veux pas.

De Rosa, j’arrive à Rose. Pour moi, c’est un prénom romantique, d’héroïne de livre. Une Rose me semble être forcément forte, féminine, courageuse… des qualités que je souhaite à ma fille. Il nous reste donc Marie et Rose, et je fais l’erreur d’en parler à mon entourage, qui est catégorique : tous trouvent Marie beaucoup trop classique, presque fade. Je ne suis pas du tout d’accord, mais je crois que cela me touche quand même assez pour donner ma préférence à Rose. Et puis, pour l’anecdote inavouable, je suis une grande fan du film « Titanic » et cela ne me déplait pas d’y penser quand j’entends « Rose ». 

Bref, nous voilà décidés et notre Rose arrive le 30 mars 2014. Aujourd’hui c’est une petite fille tellement pétillante et têtue, je crois que nous avons fait le bon choix ! »

img_4814img_5451

Joseph

« À l’automne 2015, nous nous mettons à rêver d’un deuxième enfant. Si c’est une fille, j’ai déjà le prénom, ce sera une petite Augustine. François me dit oui, c’est parfait ! Je tombe enceinte au mois de décembre, et je le sens, c’est une deuxième fille ! Encore une fois, mon instinct maternel paraît mauvais car ma gynécologue nous annonce rapidement que nous allons avoir un petit garçon.

Moi, tout le monde le sait depuis le temps que j’en parle, je rêve donc d’un petit Joseph. J’ai craqué sur ce prénom pendant un baby-sitting il y a une dizaine d’année, et il n’y en a pas de plus beau. Malheureusement, François m’a toujours dit qu’il n’aimait pas. Je cherche donc un autre prénom qui éveille la même étincelle, mais je sais que ce sera toujours un second choix. Joseph est parfait : adorable sur un enfant et élégant sur un homme. Pour moi, un Joseph ne peut être que quelqu’un de sensible, doux et intelligent.

Bon, j’aime bien Léonard, et j’admire tellement Léonard Cohen que son prénom me plait d’autant plus. Et puis François est d’accord. Nous nous laissons quand même le temps de la réflexion et feuilletons notre livre de prénoms. Gabin, James, Hector…

Et puis François me demande pourquoi je me donne autant de mal si j’aime toujours autant Joseph. Finalement, lui aussi s’est mis à l’aimer ce prénom. Je sais bien que c’est par amour pour moi, et il ne pouvait pas me rendre plus heureuse, mais je veux être certaine qu’il ne regrettera pas et j’hésite encore (oui, je suis pénible).

Je fais alors un cauchemar terrible : je viens d’accoucher mais le bébé est tout bleu et inanimé. La sage-femme me presse de donner son prénom, comme si le nommer était la seule chose à faire pour le sauver. François me regarde et me sourit, je crie « Joseph » et le bébé se met à pleurer. Quand je lui raconte mon rêve, François me répond qu’il n’y a plus à hésiter, et notre adorable Joseph est arrivé le 16 août dernier. Son prénom lui va comme un gant, il est bien le petit Joseph dont j’ai toujours rêvé, doux et sensible. »

img_4960_2_2img_5304img_5085

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr

Jolie fratrie // Arthur, Lilwen & Ethel

Gaëlle est la maman d’une jolie tribu composée de ArthurLilwen et Ethel. Trois prénoms qui fleurent bon la Bretagne, terre de légendes par excellence, et région d’origine du papa. Gaëlle nous raconte…
dsc00151

« Arthur, Lilwen et Ethel sont les trois prénoms de ma jolie fratrie ! Depuis toujours les prénoms me passionnent : sur mon agenda de seconde, j’avais noté « Penser à avoir 6 enfants : Marine, Cécile, Théo, Tristan, Léa et Louis ». Bref, j’ai commencé très tôt à chercher les prénoms de mes futurs enfants et il me fallait trouver l’Homme qui irait avec les Prénoms de ma vie (ce qui ne fut pas si simple, en fait, évidemment). »

Arthur, Paul, Malo

« Pour notre premier bébé, en fait, je savais déjà ce que je voulais. Je voulais un Arthur. Parce que j’avais épousé un Breton et sa Bretagne, parce que j’avais aimé Arthur Rimbaud au lycée, parce qu’il n’était pas si courant à l’époque.

J’ai toujours, pour les 3, cherché des prénoms qui soient à la fois intemporels, forts et doux en même temps, qui laissent à l’enfant le choix de devenir ce qu’il voulait. Mon Arthur pourrait devenir un fier chevalier ou un doux poète, voir les deux s’il le souhaitait ! Bref, moi je voulais Arthur, mais mon mari, lui aussi avait son prénom coup de coeur, son prénom secret, son prénom-de-premier-fils et c’était Rodrigue. Que je n’aimais pas du tout. Que je trouvais trop dur avec tous ses « r » et son « g » et que donc je n’ai pas validé. Déception, mais Arthur a su conquérir son coeur aussi et très vite, nous nous sommes dit que si bébé 1 était un garçon, ce serait Arthur.

S’il avait été une fille… Je rêvais de Joséphine et d’Augustine, il m’a concédé Valentine par pure bonté d’âme, étant entendu que si un jour j’avais une petite Joséphine, ce ne serait pas avec lui ! Pour moi, nous devions arriver à la seconde écho avec nos prénoms choisis, c’était important !

Et c’est Arthur qui est né, en ce jour de fête des mères 2001 et, à 15 ans, il porte ce prénom à merveille. Je ne l’ai jamais regretté, je m’émerveille toujours autant qu’Arthur soit mon fils, je le redonnerais sans hésiter ! Arthur a comme second et troisième prénom Paul (choisi par son parrain) et Malo (choisi par sa marraine) nous adorons l’ensemble ! »

Lilwen, France, Moïra

« Depuis toujours, j’ai du mal avec les prénoms de filles. J’ai oublié de dire que je travaille en maternité et que s’il m’arrive de tomber sur de très jolis prénoms, j’en ai un peu marre des prénoms en « a », des diphtongues et des prénoms à 3 lettres .

Pour cet enfant, retour à la case départ puisque à part Arthur, je n’aimais rien en prénom de garçon. Rien qui ne me faisait un coup de cœur en tout cas. Mais pour une fille, j’avais découvert, au détour d’un forum, un tout petit prénom, encore très très rare : Lilwen, avec un seul « n » pour son écriture galloise et qui signifie « Lys Blanc ». Un prénom au goût de Bretagne, de landes salées, de petite elfe et le papa a été tout de suite convaincu. Un prénom aussi pas trop « féminin » à mon goût, qui peut aller à une femme forte et décidée. J’ai croisé très fort les doigts à la seconde écho et c’est bien une petite Lilwen qui allait nous rejoindre en mars 2004 !

Pour un garçon, nous avions tout de même Florestan (coup de coeur du papa) sous le coude, mais pas complètement convaincus.

Lilwen a hérité de France par son parrain et Moïra par sa marraine ! J’ai regretté, un temps, d’avoir donné ce prénom. Parce que Ma Lilwen est sans doute la seconde ou troisième en France à avoir porté ce prénom (3 en 2004), mais qu’il a pris de l’essor ensuite. Surtout en Bretagne, surtout dans ma maternité, et quelquefois avec des orthographes qui m’ont fait quelque peu bondir (Lylwen, Lil- Wen, etc..). Mais elle a aujourd’hui 12 ans et je ne le regrette plus ! Ma grande blonde aux traits fins à la volonté d’une guerrière et l’empathie et la douceur d’une fée… elle porte son prénom à merveille !

Petit plus : Ma maman, qui est décédée quand j’avais 3 ans, portait un prénom avec deux « l » (deux ailes)… Elle m’a transmis, de manière sans doute pas intentionnelle, les deux ailes de son prénom puisque je me nomme Gaëlle. En trouvant Lilwen, je transmettais à mon tour ces deux ailes à ma fille aînée, comme un petit message secret de Femmes à Femmes. Ca avait du sens pour moi. »

Ethel, Anna, Fiona

« Troisième bébé… un peu plus tard. Un bébé-surprise, qui s’est imposé dans nos têtes alors que nous pensions en avoir fini avec la fratrie… et puis un jour, un petit « et si ? » s’est glissé dans la conversation et nous nous sommes rendus compte qu’il y avait de la place pour un petit troisième… Mais voilà, il fallait choisir un prénom et là, ça a été dur !

J’ai reproposé Augustine et Joséphine, mon mari n’a pas cédé et puis ça n’allait plus avec Lilwen… J’ai proposé Erell, qui était un coup de coeur soudain, mon mari a tiqué et puis a proposé Ethel. Ethel, comme la ria d’Etel, un magnifique coin de Bretagne, où la terre et la mer se confondent… Comme le courant de la ria d’Etel qui ne laisse passer que les marins les plus expérimentés et les plus aguerris… Un prénom doux et fort à la fois comme je les aime ! Jusqu’au dernier moment tout de même, nous avions hésité avec Hermione (le bateau, la déesse grecque, mais Harry Potter a eu raison de nous). Et puisque nous en étions là, c’est Marin qui s’est proposé comme prénom de garçon, et que j’aurais bien aimé donner aussi ! (après avoir proposé Robinson, Gaspard, Florestan, Ulysse et… Zadig, mon préféré).

Ethel est née en juillet 2009, petite brunette aux yeux bleus-verts de la mer… Elle porte magnifiquement bien son prénom, posée comme les paysages de la ria, tempétueuse comme le courant du barrage, imprévisible et attachante !

Voilà ! Et si jamais il y avait eu un quatrième ? Liv pour une petite fille est mon coup de coeur du moment. Chacun de mes enfants aura un prénom qui se termine par une consonne comme un petit lien secret entre eux, et Liv trouverait sa place dans ce schéma :) Pour un garçon, Marin me plait toujours autant ! Et pour s’amuser, avec mon mari, nous nous sommes dit que, finalement, si un « accident » devait arriver et que ce soit en fait des jumeaux, on les appellerait « Joséphine et Florestan », nos deux coups de coeur jamais donnés !! :) »

arthur-ethel-lilwen-2

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr

Jolie fratrie // Achille & Thelma

Charlotte du blog Entre les cailloux vient nous parler des prénoms de ses enfants, Achille et Thelma. Deux prénoms de caractère avec de belles histoires et qui ont, semble-t-il, façonné les personnalités de ces deux adorables enfants.

at

Achille

« Je m’appelle Charlotte, j’ai 31 ans (outch), je suis infirmière et j’ai deux enfants. En réalité, pour moi les prénoms choisis pour nos enfants semblaient assez classiques, pas farfelus mais finalement, je me rends compte quand je dis les prénoms autour de moi que soit on tique un peu soit on me félicite pour le choix osé…

Mon ainé a 3 ans et demi. Pendant la grossesse, avec mon mari on s’était rapidement fixé sur Louis pour un garçon et Angèle pour une fille, deux prénoms que j’adore toujours. Complètement intemporels et classes. A l’écho du 4ème mois, le gynécologue nous annonce que nous attendons un petit garçon, donc Louis s’impose à nous. Easy. Mais plus les mois passent, plus je doute. J’adore Louis, c’est un prénom magnifique mais je ne vois pas mon fils s’appeler comme ça. A 7 mois et demi de grossesse, je dis à mon mari que Louis ne me plait plus. Il est surpris « mais pourquoi ? », je ne sais pas quoi lui répondre. C’est comme ça.

Nous voilà donc orphelins de prénom et là j’entre dans une danse frénétique de suggestions. Je noie le pauvre mari de propositions. On tourne au final autour de Léon et Lucien mais je sens au fond de moi que ce n’est toujours pas ça. Un jour, sur Internet, je chine de la déco pour la future chambre autour du thème du nuage. Je tombe sur une créatrice qui réalise des coussins en forme de nuage à suspendre au mur avec des prénoms brodés dessus. Le premier : ACHILLE. J’ai comme un flash, une lumière s’allume dans ma tête. C’est ça. Reste à convaincre la moitié de l’équipe, le mari. Je lui propose, il adore. Un beau prénom qui renvoie une vraie histoire, une légende. J’ai eu peur de ce bagage mais en réalité, ça lui colle très bien à la peau. C’est un garçon très têtu, fort physiquement, immense en taille, intelligent et sensible. Il porte bien son prénom je trouve. Les gens sont à la fois surpris et curieux de ce choix. »

Thelma

« Pour ma fille, tout juste née en août, le choix a été différent. Déjà je voulais un prénom qui colle à celui de son frère. Donc un prénom avec du caractère. Exit Angèle. Je voulais un prénom peu commun. Nous n’avons su le sexe du bébé qu’au 5ème mois, je n’arrivais pas avant à chercher un prénom, incapable de me projeter. Dès que nous avons su que nous accueillerons une petite fille, j’ai commencé à inonder mon mari de propositions. Cerise, Marguerite, Charlie, Margaux et j’en passe. Nous n’étions pas convaincus. Un jour, je regardais l’émission des Maternelles sur France 5 et une chroniqueuse, Carole Tolila, était venue présenter sa petite fille, nommée Thelma (NDLR : Carole était venue témoigner sur Jolis Prénoms : son témoignage est à retrouver ici). J’ai trouvé ce prénom très joli. Je l’ai proposé au mari qui m’a dit qu’il fallait qu’il réfléchisse. Plusieurs semaines plus tard, je lui ai demandé s’il avait mûri sa réflexion et il a validé Thelma. Pendant la grossesse, lorsqu’on me sondait sur le prénom, je disais toujours « c’est un prénom que tu connais mais que tu as oublié », en référence au film de Ridley Scott « Thelma et Louise ».

C’est une petite fille pour le moment très calme, qui fait ses nuits, qui pleure très peu. Je ne peux pas beaucoup parler de sa personnalité, elle est trop jeune. Mais déjà, elle est beaucoup moins nerveuse et plus calme que son frère. »

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr