Jolie fratrie // Milo & Aria

Laure est la maman de deux adorables enfants, Milo et Aria, tous les deux des bébés de juin (le 22 pour lui, le 7 pour elle) comme Maman (le 9), sans compter le chat (le 3). Laure revient sur le cheminement qui l’a conduit à choisir ces deux prénoms courts et originaux, aux sonorités emplies de douceur.

Graphiste passionnée, Laure est la créatrice de Jolis Jours, un atelier de papeterie qui propose des faire-part de mariage de naissance, des cartons d’anniversaire, des cartes à gratter, des affiches décoratives et même des tote bags ! Son univers coloré et drôle mérite qu’on s’y attarde !

Milo, Marius, Andy

J’aime les prénoms, depuis toujours. Je suis toujours heureuse qu’il y ait des naissances juste pour connaître les prénoms. J’aime leur signification, leur sonorité, leur originalité ou pas, leur histoire parfois simple parfois complexe. Pourtant avec mon mari nous n’avons pas trop parlé prénom jusqu’à ce que je sois enceinte. Et là très rapidement j’ai eu une idée de prénom de fille. Pour la petite histoire, je suis la dernière de 4 filles (Adeline, Bérangère, Marine & Laure, l’histoire de nos prénoms vaudrait que ma Maman vienne le raconter ici d’ailleurs), qui ont toutes eu une fille en premier, et moi aussi c’était sûr, ce serait une fille, ça ne pouvait pas être autrement… 

Un dimanche en rentrant de chez mes beaux parents, enceinte depuis peu, je propose ce prénom à mon mari en étant persuadée qu’il n’aimerait pas, c’était sûr ! Sa réponse “Oh c’est joli, j’aime”. Ah très bien, parfait ! Si c’est une fille ce sera Aria. Oui mais voilà, il faut tout de même chercher pour un garçon. Et là c’est le néant total !! Rien… Je farfouille sur internet, je tends l’oreille pendant les films, séries, reportages, génériques, à la recherche du prénom qui fera tilt. Toujours rien…

J’emprunte donc un livre de prénoms à une amie. J’en écume les pages plusieurs fois sans succès. Tout ce qu’on essaie ne nous convainc pas. Mon mari n’est pas très inspiré, et je sens bien qu’il se laisse porter, qu’il attend que je propose pour dire oui ou non. Je laisse tout ça se décanter un peu. Le choix d’un prénom c’est tellement important. Je suis quelqu’un qui se lasse assez vite, et j’ai très peur de devoir choisir un prénom par défaut. Impossible ! Je le veux original mais pas trop, pas envie qu’il passe sa vie à l’épeler. Je n’aime pas trop les prénoms anciens, ni trop modernes. Bref je suis perdue. 

Je finis par me replonger dans ce qui est devenu mon livre de chevet, le fameux livre des prénoms et allez savoir pourquoi, je m’arrête sur Emilio, et mon oeil enlève le “E” ; Milio. C’est joli Milio. Oui mais… il y a un je-ne-sais-quoi qui me gêne. Et là je me suis dit qu’il allait passer sa vie à dire “Non non Milio !” en insistant sur ce second “i”. En en discutant, j’ai fini par enlever ce “i” pour arriver à Milo.

Milo c’était doux, joli, je ne l’avais vu que deux fois (la Vénus de Milo et un acteur Italo-Américain) donc peu répandu, et j’étais contente de l’avoir trouvé “seule”, qu’il y ait une petite anecdote même si je ne l’ai pas inventé et qu’il existe. C’est avec ces deux prénoms en tête que nous partons pour l’écho des 5 mois. C’est donc un garçon… je pleure discrètement en me rhabillant, je suis déçue, je suis triste, même si je m’en veux dans la demi-seconde qui suit de penser ça. En sortant de là, mon mari sent bien cette ambivalence dans mon humeur. Il pose sa main sur mon ventre et dit “Coucou bébé Milo” et là c’est sûr, on le tient son prénom.

Pour ses deux autres prénoms, ce sont la marraine et le parrain qui ont choisi. Et en résumé :

– Marius, choisi par sa marraine, ma meilleure amie, en l’honneur de notre amour pour la danse et son chorégraphe préféré Marius Petipa. 

– Andy, choisi par son parrain, mon beau-frère, c’est le nom de son fils aîné dont mon mari est le parrain. La boucle est bouclée.”

Aria, Juno, Léa

Quand nous avons lancé le projet bébé 2, j’étais sûre de moi. Même si c’était une fille ce ne serait pas Aria ! Aria c’était pour Milo, là c’était un autre enfant, une autre grossesse, une autre histoire. Et les semaines ont défilé, sans qu’on ne se préoccupe trop du prénom. Blocage total, page blanche. Pour une fille, rien ne détrônait Aria, même si je faisais semblant de ne pas le voir. Et rien de chez rien pour un garçon.

La petite voix au fond de moi insistait sur le fait que quand même “Milo & Aria” ça sonne hyper bien ensemble, non ? Rendez-vous du 5ème mois, échographie, c’est une fille ! Je suis heureuse et soulagée, j’avais tellement peur de ne jamais avoir de fille. On sort, mon mari l’air de rien avait préparé son coup, pose la main sur mon ventre me sourit malicieusement et dit “Coucou bébé Aria”. Le fourbe !!! Je fonds…

En rentrant, test ultime, on demande à Milo “Tu dis Aria ?”… “Ayaaaa” ok vendu ! Ce sera donc Aria. Et pourquoi Aria ? Alors non rien à voir avec Game of thrones. Mais je plaide coupable pour la série d’ado que je regardai pendant la grossesse de Milo. Dedans il y a une jeune fille, Aria, artiste, un poil originale, belle comme un cœur. Je tombe amoureuse du prénom. Le bonus étant sa signification. Aria, une aria dans l’opéra, étant une pièce de musique écrite pour une voix en solo. Moi qui aime chanter depuis toujours, qui a longtemps pris des cours de chant, je suis ravie. Pour elle aussi nous avions gardé le secret, les plus attentifs s’étant vite souvenus de notre choix pour Milo. 

Comme pour son frère, la marraine et le parrain ont choisi les autres prénoms :

– Juno, choisi par sa marraine, ma belle-sœur, car c’est un prénom qu’elle adore.

– Léa, choisi par le parrain, le meilleur ami de mon mari. Il a longtemps cherché un prénom sans trouver. Puis il a eu cette idée géniale d’aller chercher le top 3 des prénoms donnés l’année de leur rencontre et dans ce trio a choisi Léa.

Nous avions décidé de garder secret le choix des prénoms. Toutefois nous avions donné quelques indices, la première lettre et le nombre de lettre. Nous nous sommes amusés des différentes propositions. Et pour l’anecdote, ma sœur trouvera le prénom de Milo in extremis, 30 min avant sa naissance. Pour Aria ce sera mon papa qui nous surprendra en trouvant en 30 secondes avec pour indice “Lettre A, rapport à la musique, 4 lettres”. Nous n’avons pas eu de mauvaises réactions concernant leur prénoms. Pour Aria nous avons beaucoup de “Ah comme Arya Stark” mais bon c’était à prévoir !

Aujourd’hui Milo est un garçon surprenant, tant par sa mémoire sans faille, que par ses émotions à fleur de peau, son empathie et son petit caractère. Aria quant à elle, est une petite fille espiègle, énergique et dotée d’un sacré caractère, tout en étant pleine de douceur et aussi empathique que son frère.”

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr 

La jolie histoire d’un prénom // Augustine

Guillaume et Émilie sont les heureux parents d’une adorable petite Augustine. Un joli prénom ancien inspiré par Pagnol dont les histoires ont bercé l’enfance de Guillaume et qui a instantanément plu à Émilie, une maman passionnée d’Histoire. Un joli petit témoignage à savourer comme un petit bonbon !

Augustine

Lorsque nous avons décidé d’avoir un enfant, une multitude de prénoms pour garçons nous venait à l’esprit, mais nous n’avions aucune inspiration pour les prénoms féminins. Un jour, alors que nous dînons avec ma maman et ses amis pour son anniversaire, le sujet est venu dans la conversation et nous avons parlé de prénoms de bébé.

C’est à ce moment-là que Guillaume m’a dit “Et pourquoi pas Augustine ?”. Et là, ce fut comme une évidence pour moi. Je suis passionnée d’Histoire depuis mon enfance et j’ai toujours voulu un prénom ancien pour mon futur enfant (pour un garçon nous avions choisi Gaspard). Guillaume est originaire de Provence et a été bercé par les livres de Marcel Pagnol. Il s’avère qu’Augustine est le prénom usuel de la maman de Pagnol et Guillaume a toujours adoré ce prénom, sans vraiment le savoir….

Nous avions donc le prénom parfait pour notre petite fille, qui s’installait dans mon ventre une dizaine de jours plus tard.

Aujourd’hui, Augustine est une petite fille pleine de vie, bercée par ma passion pour l’Histoire et l’accent chantant de son papa.”

Votre enfant porte un prénom ancien, rare et/ou original ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous la Jolie Histoire de son Prénom : contact@jolisprenoms.fr

Jolis prénoms de Pâques

En ce jour de Vendredi saint, je vous propose une petite sélection de prénoms qui évoquent Pâques. N’hésitez pas à proposer vos idées en commentaire de cet article !

Joseph Joséphine – Parmi les prénoms évoquant la fête de Pâques, Joseph (et par extension sa déclinaison féminine Joséphine) est certainement le plus évident ! Ces prénoms intemporels séduiront les parents à la recherche d’un prénom fort et indémodable pour leur enfant.

Pascal Pascale / Pascaline – Du latin Paschalis qui signifie « de la fête de Pâques », Pascal (ou Pascale au féminin) est un prénom peu attribué de nos jours, encore trop connoté « années 60 ». Pascaline en revanche est un prénom élégant et rare, parfait pour une petite fille d’aujourd’hui !

Pâquerette – C’est la fête de Pâques qui a donné son nom à ces petites marguerites : les pâquerettes fleurissent au début du printemps, leur éclosion coïncidant avec la date de la célébration de la Résurrection du Christ, entre le 22 mars et le 25 avril, selon le calendrier liturgique de l’année. Ces petites fleurs blanches si familières ont servi de prénom dès le XVIIIème siècle – sans jamais être fréquent. Ce modeste succès convient bien au prénom Pâquerette, qui évoque la discrétion et l’humilité des fleurettes du même nom.

Lily / Lilie – Originaire du Japon, le lys (Lily en anglais) est la fleur de plus souvent associée à Pâques et à l’arrivée du printemps. Le lys est également symbole de pureté de de sainteté pour les Chrétiens, pour qui il commémore la Résurrection du Christ.

Agnès  Du grec agnê qui signifie « pur », « chaste » ou encore « sacré », Agnès rappelle l’agneau, synonyme d’innocence et d’obéissance, mais également Jésus, « Agneau de Dieu ». L’agneau est un met traditionnellement consommé par les Chrétiens à Pâques en mémoire du sacrifice d’Abraham. Avec moins de 100 attributions par an, Agnès est un prénom rare qui mériterait de revenir au goût du jour ! Agnès est aussi l’anagramme du mot « anges ».

Madeleine – Fidèle disciple de Jésus, Marie de Magdala, aussi appelée Marie-Madeleine ou simplement Madeleine, assista à sa mort, participa à sa mise au tombeau et fut la première à découvrir, deux jours plus tard, qu’il était vide… Elle fut également la première à le rencontrer après sa Résurrection.

Suzanne – Signifiant « lys » en hébreu, Suzanne évoque la pureté de cette belle fleur immaculée. William Shakespeare prénomma sa fille ainée Susanna.

Avril – Le prénom Avril se rapporte au 4ème mois de l’année, mois qui ouvre la saison printanière de la floraison. La version anglaise, April, est également une jolie option !

Olivier / Olivia – L’olivier est un arbre séculaire dont le rameau a toujours symbolisé la paix. Le prénom Olivier dégage la même force et la même sérénité que l’arbre de paix du même nom. Une bien jolie manière d’évoquer le dimanche des Rameaux, qui est le dimanche qui précède Pâques dans le calendrier liturgique chrétien.

Ozanne  Egalement orthographié Osanne, le prénom Ozanne rappelle l’interjection Hosanna, fréquemment employée dans les liturgies juive et chrétienne qui signifie : « sauve, maintenant ! » ou « sauve donc ! », « donne le salut ! ». Ce fut le cri d’acclamation poussé par la foule lorsque Jésus entra dans Jérusalem.

Palmyre / Palma – Le Dimanche des Rameaux est aussi connu sous le nom de Dimanche des Palmes dans le sud de la France. Le nom Palma dérive du nom du palmier, de sa feuille, la palme et des différents sens qu’elle peut recouvrir. Palmyre et son diminutif Palma sont deux très beaux prénoms qui conviendraient parfaitement à une fillette née au moment des Rameaux.

Pour une liste plus vaste d’idées de prénoms pour le printemps, c’est par ici !

Très bon week-end de Pâques et bonne chasse aux oeufs à tous les petits gourmands !