La jolie histoire d’un prénom // Aliénor

Agathe est la maman d’une adorable petite fille née en août 2015, prénommée Aliénor. Un joli prénom plein d’histoire choisi de longue date par ses parents ! Agathe nous parle également des deuxième et troisième prénoms de leur petite princesse, non moins superbes que le premier… Une jolie famille à retrouver sur le compte Instagram d’Agathe

Aliénor, Anatolie, Joséphine 

« Trois mois après notre mariage en 2014, une merveilleuse nouvelle vient clore cette année qui restera une des plus belles qui nous ayons vécu avec mon mari : nous aurons en cadeau pour nos noces de coton un enfant. Nous sommes tellement heureux et commençons tout de suite à discuter encore et encore de ce choix que nous attendions de faire depuis des années, le choix du prénom !

Je suis persuadée dès le début que nous aurons une fille et nous avons la chance d’avoir la confirmation dès la première échographie que ce petit bébé est une demoiselle, au grand bonheur de son papa qui se rêve à la tête d’une équipe de basket de filles.

La discussion est ainsi facilitée et nous revenons vite sur le prénom pour lequel nous avons eu un coup de coeur unanime il y a quelques années en pensant à l’avenir : Aliénor.

Monsieur a fait des études de droit et d’histoire et a clairement un petit penchant pour les prénoms historiques et médiévaux (après Auguste, Albéric était son favori pour un garçon). Aliénor remplit également pour moi tous les critères : c’est avant tout un prénom rare, qui pour autant n’est pas inventé et s’inscrit dans la culture et l’histoire française (enfin c’est ce que je croyais car j’ai vu toutes sortes de réactions : « Ah c’est bizarre, c’est breton ?!?). J’aime aussi le fait qu’il existe une figure historique de référence, qui plus est une femme de caractère qui a marqué son temps.

Ce prénom est enfin un magnifique clin Dieu à notre situation qui nous fait déménager de Boulogne-Billancourt vers Bordeaux quelques semaines avant sa naissance, ville emblématique d’Aliénor d’Aquitaine, et fait donc de notre Aliénor une vraie petite bordelaise !

Pour les deuxième et troisième prénoms nous avons également bossé notre partition et nous sommes mis d’accord très vite. Il y aura Anatolie, une prénom que j’ai entendu de loin dans les couloirs du conservatoire quelques mois auparavant et pour lequel j’ai eu une vraie révélation. Mon mari a adoré aussi mais du fait son originalité certaine, nous savions que nous n’oserions pas le donner en prénom principal pour un autre enfant. Et Joséphine : qui aurait aussi pu être le prénom d’Aliénor car nous adorions tous les deux, mais que nous avons vu devenir un peu trop à la mode à notre goût et qui de plus, conjugué avec une soeur Aliénor donnait une famille un peu monarcho-mégalo !

Nous avions gardé le secret du sexe jusqu’à la naissance et nous avons eu beaucoup de compliments sur le prénom choisi de nos familles et amis.

Aliénor va avoir deux ans et c’est un sacré numéro ! Elle n’a peur de rien ni de personne, elle est très bavarde, rigolote, mais aussi casse-cou, très indépendante et surtout très autoritaire avec notre chat Théodore ! Un régal ! »

Votre enfant porte un prénom ancien, rare et/ou original ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous la Jolie Histoire de son Prénom : contact@jolisprenoms.fr

Jolie fratrie // Lison & Léontine

Elodie est la maman de deux adorables petites filles aux prénoms anciens et pétillants. Elle vient nous raconter l’histoire des prénoms de Lison et Léontine

Lison

« Comme la plupart des femmes, j’ai passé une partie de ma vie à établir des listes de prénoms pour mes enfants “potentiels” et à ce stade, j’en aurais au moins 20 si j’appliquais cette liste :-).

Je m’appelle Elodie, prénom courant mais pas trop (en Belgique en tout cas). Ce prénom a connu un grand succès durant les années 80-90 et était considéré à l’époque comme un vieux prénom. Ma maman me raconte souvent l’histoire des mes grands-parents qui en découvrant mon prénom avaient assuré qu’ils ne m’appelleraient jamais comme “ça” ! Bref, j’avais envie pour mes enfants de prénoms originaux… Je ne voulais pas qu’à l’école ils aient le même prénom qu’un autre enfant de la classe.

Mes deux prénoms fétiches sont Cornélia et Eudoxie… Le papa quant à lui penchait pour Manon, Margaux ou Chloé… Nous avons donc dû trouver un compromis avec un prénom rare mais pas “à coucher dehors” pour reprendre l’expression de mon compagnon… Dans ma liste se trouvaient les prénoms Violette, Marilou, Eulalie, Léontine, Suzon, Bertille et Lison.

Mon compagnon fait partie de ces hommes qui ont du mal à se projeter en tant que père tant que le bébé n’est pas né… Il avait donc des difficultés à se poser et chercher un prénom. Je lui ai donc soumis ma liste dans laquelle il a choisi de suite Lison. C’est un prénom dérivé d’Elisabeth, une version dite “populaire”. J’aime ce côté nature, court et rétro du prénom.

Lison porte en plus les prénoms Nathalie (le prénom de sa marraine), Samuel (celui de son parrain que nous avons choisi de ne pas “féminiser”) et Claudine (ses deux grands-mères portent ce prénom). »

Léontine

« Quand j’ai appris que j’étais enceinte, j’espérais vraiment un garçon. Pour tout dire, je m’étais toujours imaginée mère de garçons et j’ai toujours eu plus de facilités à trouver des prénoms masculins. Dans ma liste, il y avait : Lucien, Félix, Léon, Joseph, Eugène. Le papa, toujours très pragmatique, me conseillait de ne pas trop me projeter au risque d’être déçue…

Le jour de l’échographie des 12 semaines, je ne sais pas pourquoi, comme une évidence j’ai su que la gynéco allait m’annoncer une deuxième petite fille – nous avions d’ailleurs convenu après la naissance de Lison que dans le cas d’une deuxième fille, elle s’appellerait Léontine. Sur le chemin vers le cabinet du médecin, je dis au papa que je pressens l’arrivée d’une deuxième fille et revient donc cette “promesse” faite 3 ans plus tôt.

Je vous avoue que j’ai vraiment dû digérer cette nouvelle… Il s’agissait probablement de ma dernière grossesse et je devais faire le deuil d’un petit garçon. Mon compagnon se sent soulagé de ne pas devoir chercher de prénom.

Pourtant, tout au long de la grossesse, j’hésiterai. J’ai l’impression au fond de moi qu’elle ne s’appelle pas Léontine, je cherche d’autres prénoms et je propose Luce ou Suzie au papa. Nous hésitons longtemps avec Luce, prénom court et doux porteur de lumière.

Finalement, nous gardons notre idée de départ… Léontine est là, c’est un rayon de soleil, une petite fille espiègle et “fofolle” et je ne pourrais pas l’imaginer avec un autre prénom…

Léontine porte en plus les prénoms Pauline (celui de sa marraine), Alexandra (le prénom féminisé de son parrain) et Claudine (le prénom de ses deux grands-mères). »

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr

La jolie histoire d’un prénom // Basile

Je reviens après une petite période d’absence avec un nouveau témoignage. Une belle histoire d’amour, différente de celles que j’ai pu publier sur le blog depuis presque 3 ans. Celle d’un adorable petit Basile accueilli dans une famille homoparentale. Une histoire qui prouve une fois de plus que le choix d’un prénom est un magnifique acte d’amour ! Perrine nous parle du prénom de son fils, choisi avec tendresse avec sa compagne…

Basile, Etienne

« Notre famille n’est pas une famille « ordinaire » (mais… en existe-t-il ?) : c’est une famille « mariage pour tous ». C’est donc en toute connaissance de cause que nous avons fait quelques petits aller-retours en Belgique, pour, un jour de novembre 2014, revenir avec une nouvelle petite vie grandissant au creux de mon ventre, fruit de notre amour passionné et de notre détermination sans faille à le voir se concrétiser en la vie !

Nous commençons doucement à parler prénoms… et nous sommes assez prolifiques ! Par chance, nos goûts se rejoignent, même si ma chérie m’avait cité deux prénoms pour lesquels je l’avais regardé avec de grands yeux étonnés et plutôt désapprobateurs tout au début de notre histoire : Stanislas et Soanne ! Quand tout cela finit par se concrétiser, elle me précise que l’un de ses « vrais » prénoms coup de cœur, pour un garçon, c’est Eliott. J’aime beaucoup, mais un peu trop donné autour de nous à mon goût. On continue à chercher… Bertille, Célestine, Lison, Philomène… figurent sur notre liste féminine, avec une préférence commune rapidement marquée pour Philomène. Mais, « bizarrement », nous sommes encore plus prolifiques en prénoms de garçons… Est-ce parce que ma moitié en désire tellement un ?!

Au quatrième mois, nous sommes fixées : son vœu est exaucé ! Nous continuons donc nos listes de prénoms de garçons : Ernest, Clovis, Pacôme, Basile… Basile. J’aime ce prénom depuis toujours, et il parle aussi beaucoup à ma chérie. Et puis, nous nous rendons compte que la saint Basile est le 2 janvier, date de notre rencontre, de notre premier baiser… plus aucun doute ! Ce prénom, c’est notre histoire… c’est notre fils ! Pour la forme, on fait quand même une « short list » : Côme, Marius, Achille et, bien sûr, Basile, y figurent. Nous le gardons pour nous. Mais, au détour d’une conversation-prénoms classique dans toute famille comportant une femme enceinte, ma mère cite ce prénom en affirmant qu’elle l’aime beaucoup… certains n’ont pas entendu et lui demandent de répéter et là, j’ai une drôle de réaction, je lui demande de ne pas répéter… ! C’est qu’au fond de moi, je savais que ce serait celui-là et je ne voulais pas qu’il soit révélé… Ma mère a donc deviné le prénom !! Nous lui faisons croire que ce n’est pas encore décidé, que c’est juste l’un de nos préférés, mais elle n’est pas dupe ! Heureusement (car nous voulions vraiment que ce soit une surprise !), personne d’autre n’avait entendu et elle a gardé le secret… Elle n’est pas la seule à l’avoir découvert avant la naissance de notre bébé… Lors d’une conversation avec ma grand-mère, ma chérie à la langue bien pendue lui donne un indice : le prénom de notre fils sera intimement lié à notre histoire d’amour… et ma grand-mère, très forte, l’a deviné !

Vous l’aurez compris, le 12 août 2015, j’ai donc donné naissance à un petit Basile, petit garçon calme, curieux, blagueur, déterminé et très gai, même si un peu timide et « observateur » plus que fonceur !

Restait le 2ème prénom, que nous étions décidé à donner, avec une signification bien précise : un lien fort avec ma chérie, puisque notre fils ne pourrait pas porter son nom de famille avant qu’elle l’ait adopté… Nous voulions aussi un prénom que nous aimions, et non pas tout simplement « Stéphane », ma chérie s’appelant Stéphanie. Nous avons tout essayé : trouver un prénom de garçon en mélangeant les lettres de Stéphanie (pas évident !), Stéphane dans d’autres langues (Esteban était bien placé !), jusqu’à ce que, la veille, en faisant quelques recherches, nous découvrions qu’Etienne était de la même famille que Stéphanie et se fêtait le même jour, le 26 décembre ! Validé ! Basile, Etienne n’avait plus qu’à pointer le bout de son nez !!

PS : heureusement que nous n’avons pas eu une fille car Philomène a plus déclenché de grimaces que de sourires autour de nous quand nous l’avons révélé ! »

Votre enfant porte un prénom ancien, rare et/ou original ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous la Jolie Histoire de son Prénom : contact@jolisprenoms.fr