Archives de catégorie : tendances et prédictions

Prénoms épicènes : filles ou garçons ?

Les prénoms épicènes sont les prénoms qui peuvent être à la fois masculins et féminins… des supers prénoms mixtes en quelque sorte !

Cupidon

Prenons « Camille » : l’évolution de ce prénom au cours du XXème siècle est frappante. Avant 1940, c’était un prénom majoritairement masculin : plus de deux « Camille garçons » naissaient pour une « Camille fille ». Après la seconde guerre mondiale, ce prénom s’est lentement féminisé jusqu’à apparaître dans le Top 3 des prénoms attribués aux petites filles en 1998 ! Depuis quelques années, on assiste à un retour en force des Camille garçons. La tendance serait-elle de nouveau en train de s’inverser ?

Voici quelques autres jolis prénoms épicènes, qui peuvent parfaitement convenir à une fille comme à un garçon :

Louison : en 2006, 214 petits Louison ont vu le jour, contre 277 fillettes en 2009 !

Tiphaine : en 1988, 757 Tiphaine filles sont nées, contre une petite trentaine de petits Typhaine la même année.

Maxence : 2 700 petits Maxence sont nés en 2005, mais seulement 33 filles en 2001 !

Hyacinthe : 82 garçons en 1903, 30 fillettes en 1908 !

Céleste : en 2010, 378 naissances de fillettes prénommées Céleste ont été enregistrées… tandis que 17 petits Céleste voyaient le jour en 1912 !

Claude : 15 000 Claude garçons sont nés en 1936. Dix ans après, en 1947, ce sont près de 2 000 petites filles qui se voyaient attribuer ce prénom.

Alix : en 2010, 666 petites Alix poussaient leur premier cri, contre 233 Alix garçons en 2004.

Maxime : 9 000 garçons en 1992, 34 filles en 1989 !

Lysandre : en 2010, 76 petits Lysandre naissaient contre 22 filles en 2002.

Certains de ces prénoms vous plaisent davantage au masculin qu’au féminin, ou l’inverse ? Filles ou garçons… faites vos jeux !

Prénoms de l’année 1913

Une fois par an, nous proposons de nous pencher sur les prénoms attribués il y a un siècle pour découvrir comment les parents prénommaient leurs enfants. Se faisant, peut-être découvrirons-nous des trésors de prénoms qui n’attendent qu’à renouer avec le succès. Car après tout, la mode n’est-elle pas un éternel recommencement ?

Le blog Entre nous et nos Ancêtres propose une rétrospective intéressante de l’année 1913. C’était il y a cent ans… alors naissaient nos arrière-grands-parents. Le monde est alors en marche vers une première guerre mondiale : cette époque troublée rime avec révolutions et conflits, assassinats et exils. Mais 1913 marque aussi la progression des droits des femmes: la Norvège devient le 3ème pays à accorder le droit de voter aux femmes (sans conditions), tandis qu’en Amérique, l’Uruguay est le premier pays du continent à adopter le divorce sur requête de l’épouse.

Prénoms 1913

En ce qui concerne les prénoms, les temps sont en revanche plus calmes. Le Top 10 est occupé par des grands classiques : Jean, André, Pierre, Marcel, Louis, René, Henri, Joseph, Roger et Georges du côté des garçons ; Marie (plus de 40 000 naissances cette année-là !), Jeanne, Marguerite, Madeleine, Yvonne, Suzanne, Germaine, Marcelle, Louise et Renée du côté des filles. De nos jours, Louis et Louise sont les deux seuls prénoms qui apparaissent encore dans le Top 10.

Un grand nombre de prénoms dans le Top 40 en 1913 rencontrent de nouveau un joli succès, tels que Jeanne, Suzanne, Alice, Joséphine, Juliette, Eugénie, Rose, Marcel, Paul, Charles, Émile, Jules, Camille (au masculin !), Auguste, Gabriel, Marius… pour n’en citer que quelques-uns !

En dehors de ces prénoms les plus donnés, nous avons sélectionné les plus beaux prénoms rares (moins de 40 naissances) attribués en 1913 :

Prudence (21 naissances)

Léopoldine (22 naissances)

Théodora (22 naissances)

Léoncie (26 naissances)

Wilhelmine (26 naissances)

Herminie (27 naissances)

Alma (28 naissances)

Perrine (29 naissances)

Pétronille (37 naissances)

Aurèle (12 naissances)

Roméo (16 naissances)

Lambert (17 naissances)

Philémon (19 naissances)

Victorien (22 naissances)

Gaspard (22 naissances)

Marin (29 naissances)

Faustin (31 naissances)

Aubin (34 naissances)

Des bébés prénommés Simone, Gisèle, Gaston, Raymond ?

Adèle, Jules, Rose, Léon, Gaspard, Louise

Peu de gens s’étonnent encore d’entendre ces vieux prénoms résonner dans les cours d’école ! Pourtant, les parents qui choisissaient ces prénoms il y a quelques années s’exposaient à coup sûr à des remarques ou à des questionnements sur leurs choix. Quand ce n’étaient pas des railleries !

Les temps changent, les modes évoluent. La ronde des prénoms suit des cycles : l’écart moyen est d’environ 100 à 120 ans entre entre 2 pics d’attribution (hors prénoms considérés comme « classiques »). D’où le phénomène de mode des rétros du fin du XIXème siècle actuellement. Cette période parait indispensable pour que subsiste le charme du parfum d’antan, sans pour autant que les défauts éventuels de leurs porteurs ne se rappellent à nous.

Il y a donc fort à parier que beaucoup de prénoms « rétros mais pas assez poussiéreux » (c’est-à-dire attribués dans les années 50-60) devraient réapparaitre dans une quarantaine d’années. Voire moins, pour les parents précurseurs ou autres « early adopters ».

Voici quelque vieux prénoms très rarement attribués actuellement, bien qu’ils soient objectivement tout à fait portable :

Claude
Fabrice
Patrice
Bruno
Pascal
Dominique
Éric
Gaston
Frédéric
Olivier
Thierry
Raymond
Bernard
Régis
Georges
Jacques
Daniel
Patrick

Huguette
Martine
Sylviane
Josiane
Christine
Monique
Jocelyne
Paulette
Pierrette
Simone
Chantal
Brigitte
Fabienne
Lucienne
Barbara
Mariette
Édith
Gisèle