Jolie fratrie // Manoé et Linnéa

Yezza est la maman de Manoé et Linnéa. Deux jolis prénoms peu ordinaires, deux coups de coeur. Dans ce témoignage tendre et touchant, Yezza revient sur le cheminement qui les ont conduits, elle et son compagnon, à choisir ces prénoms rares et originaux. Une jolie réflexion sur l’influence de nos origines sur le choix des prénoms de nos enfants. 

“- Comment ca s’écrit ?

– Y…E…2 Z…A, [iza]”

Ces 2 phrases, ce sont celles que j’ai répétées le plus dans ma vie je crois. 

Ma vie est l’histoire d’un prénom. Celui de mon arrière-grand-mère berbère dont, à la déclaration de ma naissance, l’officier d’état civil a demandé à mes parents une retranscription existante en français. Il a d’abord refusé que mon prénom soit orthographié “Yza”. Mes parents ont finalement trouvé une chanteuse berbère dont le prénom avait été retranscrit “Yezza”. J’avais un prénom.

Cela explique sûrement mon goût précoce pour les prénoms.

Pour mes futurs enfants, je les imaginais rares mais faciles à lire, à dire et à écrire… forcément… avec un deuxième prénom comme marque de filiation. D’ailleurs, le mien est celui d’une de mes arrières-grands-mères.”

Manoé, Robert

“Quand je suis tombée enceinte de mon premier enfant il y a 6 ans, j’avais 21 ans. Jusqu’au jour où l’on a su que ce serait un garçon, je n’avais aucune idée de prénoms masculins alors que pour une fille, après avoir longtemps aimé le prénom Carmen (que je trouvais de toute façon dur à porter), j’avais depuis plusieurs années jeté mon dévolu sur le prénom Nina. Mais voilà c’était un garçon… j’ai donc épluché un nombre considérable de livres ! 

Mon compagnon voulait un prénom de caractère, sans pour autant avoir d’idées… Il travaille avec beaucoup de jeunes tandis que ma maman est directrice de crèche. À chaque proposition, le prénom proposé rappelait à l’un ou à l’autre tel ou tel garçon…

Jusqu’au jour où j’ai lu le prénom “Manoé” sur un site de grossesse et de maternité. J’aime sa sonorité douce, familière mais le fait qu’il soit à la fois peu courant. C’est un prénom dérivé du prénom “Emmanuel”. J’ai alors commencé à parler à mon ventre à voix haute en disant “Manoé” et on sait toutes et tous qu’alors, le choix s’impose comme une évidence. 

Son deuxième prénom, Robert, est celui de mon grand-père décédé quelques mois avant que je ne tombe enceinte. J’aime le caractère et l’histoire qui se dégagent de ce prénom, qui contraste avec Manoé. 

Le prénom de mon fils étonne régulièrement, plaît souvent… Je l’ai également entendu plusieurs fois dans d’autres familles mais nous ne regrettons pas notre choix. Manoé est un petit garçon solaire, malicieux, impertinent et sûrement pas aussi doux que son prénom ! 

 Linnéa, Marie

“4 ans après la naissance de mon fils, et moi fraîchement diplômée, nous décidons d’avoir un deuxième enfant. 3 mois après, j’étais enceinte.

Rapidement j’ai la certitude qu’il s’agit d’une fille, ce qui sera confirmé à l’échographie du 5ème mois. C’était un mercredi après-midi, mon fils était présent et s’est écrié “mais on ne va pas pouvoir l’appeler Théo”, il avait déjà choisi le prénom… Du haut de ses 4 ans, il a été force de proposition “Ninon, Elsa…”. Impossible pour nous de retenir Nina cette fois, des amis proches ayant appelé leur fille comme ça entre temps…

J’aimais Anouk, Rosalie, Anna, Lelia… Mon compagnon disait non à tout. Seul le prénom Elsa restait en course… mais c’était alors la folie de la Reine des Neiges… J’ai donc cherché du côté des prénoms suédois en me remémorant les prénoms que j’avais pu y croiser en vivant un an en Suède. J’ai alors eu un coup de cœur pour Linnéa. 

Ce prénom vient de Carl Von Linné, botaniste suédois anobli ayant vécu au 18ème siècle et qui a inventé un système de classification des végétaux. Ce botaniste a nommé sa fleur préférée, une petite fleur rose des bois, la Linnaea Borealis. Le prénom féminin Linnea est très courant en Scandinavie, notamment en Norvège et en Suède. Ce prénom est rare en France mais, à la différence d’autres prénoms nordiques, reste facile à dire en français. Dans la salle d’accouchement, nous avions gardé ce prénom ainsi qu’Elsa… pour finalement choisir Linnéa. 

Son deuxième prénom est un hommage a nos mères (qui ont toutes deux un prénom composé commençant par Marie) ainsi qu’à mon arrière-grand-mère, Maria, que je porte également en second prénom. 

La vie nous a cependant fait un clin d’œil puisque Linnéa est née le jour de la Sainte-Nina :)

Linnéa incarne la joie de vivre, loin pourtant de la petite fleur rose dont elle porte le prénom, c’est un vrai bulldozer au fort caractère ! 

J’adore les prénoms de mes enfants. Les réactions des autres, face à ces prénoms peu connus, voire carrément inconnus, ne sont pas toujours évidentes. Des fois je m’interroge si ne pas avoir d’étiquettes, n’est-ce pas en avoir une finalement ? Mais j’espère que mes enfants apprécieront ces prénoms qu’ils seront peu à porter autant que nous les apprécions finalement et qui surtout marquent au moment de leurs naissances les choix que nous avons faits, pour eux, avec amour.”

Vos enfants portent des prénoms anciens, rétro, rares, classiques, bohèmes et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr

La jolie histoire d’un prénom // Germain

Il y a 2 ans, Bénédicte était venue sur Jolis Prénoms pour raconter l’histoire des prénoms de ses deux premiers enfantsHenri et Mahaut. Un petit troisième a rejoint la famille en décembre dernier, un adorable garçon prénommé Germain. Bénédicte a accepté de partager avec nous l’histoire de son prénom…

Germain, Paul, Jean

Quand nous étions en essai du petit troisième, j’avais flashé sur deux prénoms : Gustave ou Aliénor. Et une fois que je suis tombée enceinte, Gustave n’était plus un coup de coeur… Sexe surprise pour cette troisième grossesse : encore 2 prénoms à trouver ! 

J’étais persuadée d’attendre une fille, bizarrement je ne cherchais que des prénoms féminins… J’avais complètement occulté que je pouvais attendre un garçon. Mon entourage aussi pensait à une fille. Nous avons fait pas mal de listes. Du côté garçon il y avait : Gustave, Germain, Charles, Ernest, Emile. Et du côté fille : Aliénor, Brune, Victoire, Bérénice, Isabelle, Gabrielle, Céleste, Athéna… Et beaucoup d’autre ! 

A force de réfléchir, mon choix s’est arrêté sur Germain. Il regroupe tout ce que j’aime et a une signification toute particulière pour moi. Il est court, doux mais avec un petit R au milieu. Connu, mais peu porté. Un prénom assez oublié. Un peu comme son frère Henri mais en plus rare. Niveau signification, il en a plusieurs : “de même sang” (donc de ma famille), “germer” (voir une plante germer, c’est la vie) “vient de Germanie” (sachant que mes aînés ont des prénoms germains, je trouve le lien beau) ; ma grand-mère adorée s’appelait Germaine, j’ai aussi appris que mon nom de famille voulait dire “vient de Germanie”, et dernier détail : ça sera le benjamin de la famille et le mari de Germaine s’appelait Benjamin. Bref ! C’était LE prénom !

Donc pour un garçon on était bon. Fallait trouver aussi fort pour une fille… Difficile ! Il restait trois prénoms : Aliénor, que je voyais porter par une rousse, Bérénice, par une brune et Isabelle, par une blonde. Allais-je attendre de voir ses petits cheveux ? Mon mari n’aimait pas du tout le premier… On a hésité entre les deux derniers. Ensuite ne restait qu’Isabelle. Je le trouvais doux, féminin, et très peu répandu chez les enfants. Mais en fait j’en croisais à tous les coins de rue, et ça m’a jeté un froid. J’ai refait des listes et des listes, je n’en dormais plus la nuit, je stressais… J’ai essayé de lâcher prise, mais c’était plus fort que moi, il lui fallait un prénom ! Et à ce moment, je ne me voyais plus avec une fille, mais avec un garçon. Sûrement parce que le prénom garçon était un vrai coup de coeur.

Quinze jours avant mon accouchement, j’ai de nouveau regardé la longue liste des prénoms de fille. Et j’ai fait un gros tri. Le prénom qui m’est apparu a été Léonore. J’avais eu un coup de coeur il y a 7 ans pour ce prénom. Bon c’était pas l’apothéose non plus. C’était vraiment pour avoir un prénom avant de partir à la mat. Avec du recul, je sais que j’aurais eu beaucoup de mal avec le prénom Léonore… J’en aurais sûrement changé à la maternité. Et sûrement pour Aliénor.

On avait nos deux prénoms, enfin !

Le 7 décembre 2017 : c’est un petit Germain qui est entré dans nos vies. Mais quel bonheur de l’avoir parmi nous !! Et de plus il est roux ! Mon rêve, sachant que je suis rousse. Et petit clin d’oeil, c’est ma grand-mère Germaine qui nous a donné ce gène. Comme quoi, elle est toujours présente. Il porte en second et troisième prénoms : Paul (mon papa) et Jean (le papa de mon mari qui s’appelle Jean-Michel). 

Mes trois enfants sont très complices, c’est un bonheur de les voir comme ça. Et j’adore leurs prénoms (heureusement me direz-vous), aucun regret !”

Vos enfants portent des prénoms anciens, rétro, rares, classiques, bohèmes et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr

Jolie fratrie // Lucie, Valentine, Thélise & Joseph

Marie-Soline est la maman de quatre enfants de 5 à 10 ans prénommés Lucie, Valentine, Thélise et Joseph. Des prénoms choisis de longue date et un prénom coup de coeur, très rare, découvert dans l’arbre généalogique de la famille. Et une implication particulièrement forte des parrains et marraines au travers de prénoms secondaires. Marie-Soline nous raconte.

“Nous choisissons le premier prénom, puis Marie par tradition et nous demandons au parrain et à la marraine de s’engager en choisissant un prénom de leur choix (ou leur propre prénom).”

Lucie, Marie, Éléonore, Madeleine

“Pour notre premier enfant, le choix du prénom n’a pas été compliqué car mon mari se prénomme Luc, que nous avons féminisé en Lucie. Ensuite Marie par tradition, Éléonore choisi par le parrain (en référence à la reine Aliénor d’Aquitaine, aussi connue sous le nom d’Éléonore de Guyenne) et Madeleine choisi par la marraine (c’est le prénom de sa maman, grand-tante de ma fille).”

Valentine, Marie, Quitterie, Sophie

“Pour notre seconde fille, j’ai beaucoup hésité entre Valentine et Elisabeth, mais le “beth” final m’a finalement dissuadée.

Quant à Quitterie, c’est le prénom choisi par le parrain originaire des Landes (Sainte Quitterie est célébrée à Aire-sur-l’Adour) et Sophie est le prénom de la marraine.”

Thélise, Marie, Jeanne, Clotilde

“Alors là, j’ai complètement craqué sur ce prénom découvert en faisant de la généalogie, une de mes ancêtres le portait en Corrèze vers 1850, je n’en connais pas vraiment l’origine et je dois dire que j’ai fait un peu de forcing pour l’imposer, car mon mari voulait Thérèse.

Jeanne est le prénom de sa grand-mère (ma belle-mère) choisi par le parrain et Clotilde a été choisi par la marraine (à cause de Sainte Clotilde, femme de Clovis).”

Joseph, Luc, Philippe, Pierre, Marie

“Et oui enfin le garçon. J’ai toujours aimé le prénom Joseph. Lucie et Valentine se seraient appelées ainsi si elles avaient été des garçons (pour Thélise j’avais changé et choisi Étienne) mais quand j’ai su que le quatrième serait un garçon, je suis revenue à mes premières amours, à savoir Joseph.

Luc comme son papa, Philippe prénom du parrain (il tenait à son prénom c’est une tradition dans sa famille de donner le prénom du parrain), Pierre choisi par la marraine car c’est l’anagramme du mot “prière”.

Et la famille s’arrête là, j’aurai bien aimé un petit cinquième, mais… ils sont rapprochés, c’était mon souhait. Je partage également notre liste de prénoms car nous avions fait une liste fille et une liste garçon  (liste qui a été plutôt stable pour les quatre grossesses) :

Pour une fille :Élisabeth, Thérèse, Adélaïde, Irène, Adeline, Émeraude, Amélie, Priscille

Pour un garçon :Étienne, Thaddée, Armand, Hubert, Vianney, Timothée, Edmond, Charles

et quelques autres mais je ne m’en rappelle plus.

Vos enfants portent des prénoms anciens, rétro, rares, classiques, bohèmes et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr