Le choix du prénom : le petit conseil de Nolwenn

Chez Jolis Prénoms, vous l’aurez compris, on prend très à coeur le choix du prénom. Ces quelques lettres qui composent le mot que l’on se surprendra à chuchoter et griffonner pendant la grossesse, et qui ne se choisit pas à la légère. Votre enfant sera amené à le prononcer tout au long de sa vie, alors s’il n’y avait qu’un critère à prendre en compte dans ce choix délicat, ce serait sans doute de lui faciliter la vie. Nolwenn, une lectrice assidue du blog (et maman de la jolie fratrie Léontin, Mélusine & Bleuette) partage son expérience sur son propre prénom et partage un conseil simple que chaque futur parent devrait entendre !

Depuis toujours on me dit comment je dois m’appeler. Enfin comment on doit prononcer mon prénom… C’est anecdotique mais à la longue c’est quand-même un peu pénible. Je m’appelle Nolwenn… prononcé Nolvenn. Même mon correcteur orthographique ne veut pas écrire ce prénom avec un V et pour cause : il s’écrit avec un W mais se prononce V ! C’est à en perdre son latin. 

Alors voilà, je suis née à Paris et j’ai grandi en région parisienne. J’ai eu du mal à me faire appeler correctement là-bas… Tout le monde connaît quelqu’un qui s’appelle Nolwenn alors les gens insistent. Tu es sûre ? Et pourquoi, moi je préfère Nolwenn… En même temps, je t’ai pas demandé ton avis hein ! Et puis merci Nolwenn Leroy… tout mon combat a volé en éclat ! Entre temps, j’ai passé 7 ans dans le Var… peine perdue ou presque… et enfin depuis bientôt 4 ans, je suis dans le Finistère… où là… miracle ! les gens me demandent confirmation à la première écoute puis acceptent sans problème… merci les Bretons !!

Je vous dois bien une explication ! Mes parents connaissaient bien une petite Nolvenn (écrit avec un V, francisé en somme)… mais se sont dit : tiens, si on gardait l’orthographe bretonne ?! Ça serait sympa ! Bah oui tiens ! Allons-y ! C’était une bien bonne idée ! Une fausse bonne idée plutôt ;)

Bref, mon conseil, appelez vos enfants comme vous voulez MAIS comme ça s’écrit ! Vous leur ferez gagner un temps précieux !

Jolie fratrie // Thomas, Hugh & Thaïs

Le choix du prénom dans un couple mixte : entre compromis et coups de cœur… Constance est française. Elle vit en Angleterre avec son mari, Mark, British et fier de l’être. Ils sont les heureux parents de 3 enfants prénommés Thomas, Hugh Thaïs. S’ils ont fait le choix d’un prénom multiculturel pour leur premier garçon, Constance et Mark se sont tournés vers un prénom anglais, puis français pour leurs deuxième et troisième enfants. De jolis prénoms qui reflètent les différentes cultures et origines de leur famille. Un témoignage à lire absolument !

Thomas

“Pour comprendre l’histoire derrière leurs prénoms, il faut remonter à bien avant leur naissance. J’ai toujours aimé les prénoms avec du cachet, plutôt (voire très) français… Brieuc, Aloïs et Astrid ont longtemps accompagné mes rêves d’être maman un jour.

Et puis j’ai rencontré Mark, celui qui deviendra mon mari deux ans plus tard. Très British et fier de l’être, il est arrivé dans ma vie avec ses rêves de Heather, Amy, Amelia et… nous avons su dès le début que choisir les prénoms de nos enfants allait nous donner du fil à retordre !

Il a été le premier à suggérer Thomas si notre premier était un garçon. Prénom qui marche dans les deux langues, facile pour nos deux familles, prénom assez commun mais cependant chargé d’histoire et surtout qui donnerait à notre enfant un saint patron (ce qui était très important pour moi)… Je n’ai pas eu de coup de cœur directement, mais j’ai appris à l’aimer en imaginant mon bébé le porter, et j’en suis tombée amoureuse en même temps que je suis tombée amoureuse de mon petit garçon à sa naissance en 2014.

Je n’ai jamais regretté notre choix, notre Thomas le porte à ravir, doux, aimant, plein de vie et de générosité, nous pouvons à la fois diminuer ce prénom versatile en Tom (ce qui est adorable les premières années !) tout en le prononçant différemment, tantôt à la française, tantôt à l’anglaise. Cela ne le gêne pas le moins du monde, au contraire, cela lui rappelle la jolie histoire de sa double nationalité.”

Hugh

“Thomas avait 6 mois quand j’ai su que j’étais de nouveau enceinte. Cette fois, nous avons demandé à savoir le sexe de notre bébé, qui était un deuxième garçon… Je me voyais de plus en plus passer le reste de ma vie en Angleterre, mon mode de vie et même mes habitudes étaient résolument marquées British depuis que j’étais devenue maman, et un prénom plutôt anglais s’imposait de plus en plus pour moi.

Nous avons appelé ce bébé Elliott pendant les 5 derniers mois de ma grossesse… jusqu’à ce qu’une nuit, Hugues s’impose à moi comme une évidence. Je n’y avais jamais pensé auparavant, mais j’ai eu un coup de foudre pour la masculinité et le cachet de ce prénom chargé d’histoire. Les négociations avec mon mari ont été rudes, car c’est un prénom difficilement traduisible en anglais ! Mais quand il m’a suggéré Hugh (prononcé « Yiu » en anglais, et Hugues en français), j’ai adoré ajouter une orthographe différente à ce prénom – ce qui lui ajoutait encore de la personnalité – et trouver un prénom vraiment peu commun pour un petit garçon en Angleterre… et l’avenir nous a donné raison !

De la personnalité, notre petit Hugh, né en 2016, en a à revendre, il est passionné, indépendant, plein de feu, passe d’un extrême à l’autre en une minute… avec autant de fougue que son prénom. Prénom royal, il s’accorde tout à fait à celui de son grand frère, tout comme nos garçons s’entendent comme deux meilleurs amis.”

Thaïs

“Et puis, il y a Thaïs. Notre petite dernière, notre princesse, née en 2018. Nous étions tellement sûrs qu’elle serait un garçon que nous avons attendu notre troisième échographie avant de se mettre d’accord sur son prénom. Cette fois-ci, pas de négociations, mon mari, après deux enfants aux prénoms plutôt anglais, a été ravi de ma suggestion de lui donner un prénom qui reflète ma nationalité française. Nous sommes tombés d’accord sur Thaïs comme si cela avait toujours été notre projet, Mark a été heureux de surprendre son entourage avec un prénom qu’il ne connaissait pas, le TH rappelle le prénom de son grand frère Thomas, nous gardons des H dans les prénoms de chacun de nos enfants ce qui leur assure une harmonie mais qui leur donne aussi une intonation bien particulière, personnelle.

Bref, nous nous reconnaissons dans le prénom de Thaïs, à l’image de notre vie, de notre relation, de notre famille, qui a évolué, mûri… un prénom qui n’aurait certainement pas marché si notre ainé avait été une fille, mais qui nous rejoint parfaitement là où nous en sommes aujourd’hui. Nous savons que nous devrons préparer notre petite fille à expliquer l’histoire et l’orthographe de son prénom dans l’environnement anglais dans lequel elle grandira certainement, mais la douceur et la féminité de ce prénom de caractère combinées au cosmopolitisme et à la bienveillance des anglais lui rendra la tâche facile, et qui de mieux placée qu’elle pour parler de ses origines ?”

Vos enfants portent des prénoms anciens, rétro, rares, classiques, bohèmes et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr

Jolie fratrie // Louis & Manon

Perrine est la maman d’un petit garçon de 3 ans et d’une petite poupée de 3 mois, Louis Manon. Cette fan de la première heure de Jolis Prénoms nous raconte sa passion pour les prénoms, celui de son fils arrêté depuis bien longtemps, et la recherche du prénom parfait pour leur deuxième enfant, une petite fille. Un prénom doux et intemporel, comme soufflé à l’oreille de la maman par le bébé lui-même. Une jolie histoire pleine de tendresse… 

Louis, Mikaël, Léon

Je suis votre blog depuis ma première grossesse avec passion. J’adore lire toutes ces histoires de prénoms, leurs significations, pourquoi les parents ont choisi tel ou tel prénom et comment ils les ont associés dans une fratrie. Cela m’a beaucoup aidé également lorsqu’il était venu le temps de choisir les prénoms que nous donnerions à nos enfants. Bref, je suis fan. J’ai toujours aimé les prénoms, je me rappelle qu’au collège, je faisais déjà des listes de prénoms pour mes futurs enfants. Je me lance alors aujourd’hui pour vous raconter l’histoire du prénom de mes enfants.

J’ai toujours voulu avoir des enfants très tôt, je ne sais pas pourquoi, mais c’était plus fort que moi. On s’est rencontré en 2009, j’avais 18 ans, lui 21. 2 ans après notre rencontre, je lui parlais déjà d’enfants. Et forcément, je lui parlais déjà de prénoms… Et, je me rappelle lui avoir dit que j’adorais le prénom Louis, et qu’un jour si j’avais un fils, j’aimerai qu’il s’appelle ainsi. Il se trouve que, sans le savoir au départ, le grand-père de mon mari s’appelait Louis (il est décédé quand il avait 9 ans). J’y voyais déjà un signe… Bref, Monsieur n’était pas prêt à avoir un enfant tout de suite, on a donc continué notre petit bonhomme de chemin, on s’est marié en  2014… Et puis, en 2015, notre petit amour s’est installé au creux de mon ventre. Et cette fois-ci, on a parlé sérieusement des prénoms.

On voulait savoir absolument le sexe, mais moi, avant de savoir le sexe je voulais qu’on choisisse tout de même un prénom de fille et un prénom de garçon. On a donc fait des listes pour des prénoms de fille : Manon était en tête, suivi de Zoé. Pour les prénoms de garçon, facile… c’était Louis, notre choix était décidé depuis longtemps. Arrive l’échographie du deuxième trimestre… ce sera donc notre petit Louis qui nous rejoindra le 29 janvier 2016. Et pour l’anecdote, la saint Louis est le 25 août et mon mari et moi nous sommes mis ensemble le 25 août 2009. C’était donc une évidence…

Pour les seconds prénoms, on a choisi de mettre le prénom de mon mari en seconde position, et Léon c’est un clin d’oeil à mon grand-père, comme ça Louis porte les prénoms de 2 de ses arrières-grand-pères. Pour nous, c’était important qu’il y ai une sorte d’héritage familial dans le choix des prénoms.”

Manon, Perrine, Lise, Apolline

“Presque 2 ans après l’arrivée de notre Louis, mon envie de devenir maman pour la seconde fois est très forte, mon mari lui est moins partant mais j’arrive finalement à le convaincre et je tombe enceinte très rapidement. Nous apprenons ma grossesse mi janvier 2018, et de nouveau je lui parle très rapidement de prénoms. Comme pour Louis, nous souhaitions savoir le sexe de ce futur bébé, mais je voulais absolument choisir un prénom de fille et un prénom de garçon avant de savoir. On se lance donc dans des listes… enfin moi je fais des listes et mon mari donne son avis !

Pour une fille, le prénom Manon que l’on avait choisi pour Louis s’il avait été une fille, revient sur le tapis. Mais je ne sais pas, j’ai l’impression de choisir la facilité, et je m’entête à trouver LE prénom coup de coeur. Je propose donc à mon mari : Valentine, Adèle, Victoria, Inès, Julia, Elise, Bertille. Avec un gros coup de coeur de mon côté pour Bertille, qui en plus, rappellerai ce côté familial auquel on tient, puisque mon arrière-grand-mère s’appelait Berthe. Rien n’y fait, il reste buté sur le prénom Manon. Un jour, il me propose Ambre, que j’aime beaucoup aussi, mais avec notre nom de famille ça ne colle pas.

Bref, on est indécis, on laisse tomber le prénom de fille pour l’instant. On cherche aussi pour un garçon, j’aime beaucoup Basile, Félix, Arsène… Monsieur n’aime rien de ce que je lui propose, même Antoine qu’il aimait bien à un moment, ne lui convient plus. Puis un jour, au fil de mes recherches, je tombe sur le prénom Elio. Il adore. On reste donc sur Elio pour un garçon. Sa signification “soleil” nous a beaucoup plu également. 

Nous voilà à l’échographie du deuxième trimestre et notre petite crevette sera une fille ! Bon, on reprend donc les discussions de prénoms puisque pour une fille on ne savait toujours pas… Il me re-propose Ambre, mais non définitivement, ça ne colle pas avec notre nom de famille et puis je ne sais pas, je sens que ce n’est pas SON prénom. Dans ma tête tout se mélange… et puis je me pose, et réfléchis tranquillement en posant les bases de ce qu’on cherche réellement : un prénom intemporel, facile à prononcer et à écrire, doux à l’oreille, qui suit avec le prénom Louis et avec notre nom de famille. Et puis là, finalement, c’est la révélation. On était dans un magasin, j’ai regardé mon mari en tenant un doudou dans les mains, et je lui ai demandé : “Qu’est ce que t’en penses de ce doudou pour notre petite Manon ?” Il a eu un sourire jusqu’aux oreilles. Nous accueillerons donc Manon, le 1er octobre 2018.

C’était finalement une évidence… tout collait : simple, intemporel, doux… et puis un petit lien avec son frère. Et quand je fermais les yeux, je voyais une Manon, comme si c’est elle qui m’avait guidé dans le choix définitif de son prénom.

Pour le deuxième prénom, on a mis le mien, suivi de Lise un prénom d’une tante de mon mari, et Apolline, dérivé d’Apollinaire, mon arrière arrière-grand-père. Et oui, toujours ce côté héritage familial qui nous plaît tant.

Les retours sur leur prénom ont toujours été positifs, même si on a eu le droit quand même à “Mais ce sont des prénoms qui sont dans les tops prénoms depuis quelques années, il y en a déjà plein !”… ça nous importe peu, car ils sont uniques et à part entière. Ils portent tous les deux leur prénom à merveille. Louis est très vif, gentil, câlin et attentionné envers sa petite soeur. Manon est souriante, très expressive, très éveillée déjà… douce mais elle montre son petit caractère qui me plaît bien ! Bref, ces deux-là font la paire et ça promet pour les années à venir.”

Vos enfants portent des prénoms anciens, rétro, rares, classiques, bohèmes et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr