La jolie histoire d’un prénom // Églantine

Noémie est la maman d’une adorable petite fille prénommée Églantine. Elle nous raconte le coup de cœur pour ce prénom qui mêle douceur et piquant, le clin d’œil discret à d’autres membres de sa famille portant des prénoms de fleurs, ou bien encore l’implication des parrain et marraine dans le choix des prénoms secondaires. Un joli petit récit qui montre une fois de plus qu’en matière de choix de prénom, écouter son cœur est la meilleure des choses à faire !

Églantine, Emma, Olivia

Avec mon mari nous avions toujours imaginé une petite Jade à nos côtés. Mais une fois enceinte ce projet de prénom ne convenait plus à nos attentes. Ne voulant pas connaître le sexe de notre futur enfant nous avions la tâche d’en trouver deux à notre goût. Mon entourage en général me prédisait un garçon et à force d’entendre cela, mon inconscient a fini par y croire. 

Nous avons eu une fille contre toute attente donc… (sauf celle de mon grand-père parti malheureusement 2 semaines avant l’arrivée de bébé). Lorsqu’elle est née notre première pensée fut pour lui, en riant et en disant : « Il avait raison ! ». 

C’est le prénom Églantine pour lequel nous avons eu un coup de cœur respectif. Un joli mélange entre douceur et piquant. Un bon présage pour une fille. Nous n’avions que peu divulgué ce choix, étant convaincus de son essence.

Dans ma famille, il y a deux personnes (avant ma fille) qui portent des noms de fleur. Ma grand-mère Marguerite et mon père Guy. Nous étions ravis de continuer et perpétuer cet héritage familial, encore un signe que ce prénom était le bon. 

Nous avons eu quelques craintes par rapport au diminutif que les enfants pourraient donner à ce prénom. Une fois notre puce parmi nous, ces doutes se sont dissipés et son surnom est devenue une évidence : Egloo. 

A sa naissance, son prénom a fait l’unanimité. A l’inverse de ce que nous aurions pu imaginer, nous n’avons eu que de bons retours. 

Pour le choix des prénoms secondaires, nous nous sommes questionnés. De mon côté il n’y en a jamais eu. Mon mari en possède un. Nous avons décidé d’impliquer les futurs parrain et marraine, pour que chacun d’entre eux choisisse un prénom pour notre fille. Afin qu’à leur tour, ils puissent lui raconter l’histoire de sa venue. Le parrain a choisi Emma et la marraine a opté pour Olivia.

Envie d’en apprendre plus sur le prénom Églantine ? Découvrez la fiche prénom qui lui est dédiée.

Votre enfant porte un prénom ancien, rare et/ou original ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous la Jolie Histoire de son Prénom : contact@jolisprenoms.fr

Jolie fratrie // Mark, Alice & Louis

Laurence est la maman de MarkAlice et Louis. Trois jolis prénoms classiques et intemporels qui font référence à des personnages de la littérature ou historiques. Laurence nous dévoile également l’histoire singulière des deuxièmes et troisièmes prénoms de ses enfants !

Mark, Bernard, Dominique

“Mes trois enfants ont des prénoms classiques mais extrêmement significatifs pour nous, parents. Je suis professeur d’anglais. L’anglais, c’est moi, c’est un langage à lui tout seul ; dès que j’ai su quelques mots, j’ai compris que cette langue était faite pour moi ! Plus tard, en classe de terminale, j’ai découvert Jane Austen, notamment ‘Orgueil et Préjugés’ que j’ai adoré, et en particulier Mark Darcy, le héros de ce roman culte. 

Quand j’ai appris que j’étais enceinte d’un garçon, Mark était notre deuxième choix (Quentin était le favori) mais un concours de circonstance a joué en faveur de Mark, pour notre plus grand bonheur. Notre fils aîné est aux antipodes du héros romantique incarné par Mark Darcy dans mon livre fétiche mais c’est tant mieux. Il garde cependant un côté mystérieux qui me/lui sied à ravir.  

Ses deuxième et troisième prénoms, Bernard et Dominique, font référence à ses grands-pères paternel et maternel.”

Alice, Diane, Susan

Nous avons attendu 5 ans avant notre deuxième (nous avons failli perdre Mark, d’où notre réticence à avoir un second enfant). Comme nous souhaitions attendre la naissance pour savoir le sexe, nous avons opté, au bout de très nombreuses semaines de tergiversations, pour Louis si c’était un garçon et Alice, Diane (prénom adoré en référence à une femme forte assumée de notre entourage), Susan (pour faire hommage à sa marraine irlandaise et à la chanson de Léonard Cohen, absolument adulée par la maman). 

Alice fait bien évidemment référence à l’ouvrage ‘Alice au pays des merveilles’ de Lewis Caroll, et Diane à la déesse de la chasse et à une amie au caractère bien trempé, féministe ! Et Susan comme précisé ci-dessus.

Alice, Diane, Susan est née en février 2015, quelques mois après les attentats de Charlie Hebdo. Notre fille est à la hauteur des prénoms choisis : opiniâtre, sûre d’elle et fière d’être qui elle est !”

Louis, Victor, Bowie

“Quand j’ai découvert que j’étais enceinte de mon troisième (né quinze mois après Alice)David Bowie venait de mourir, j’ai (encore et toujours le coeur brisé devant ce talent parti trop tôt) demandé à faire un hommage à mon idole, et le papa a accepté. Comme décemment, je ne pouvais me résoudre à appeler mon bébé David, nous avons opté pour Bowie en troisième prénom. Restait à trouver les premier et deuxième prénoms…

Louis s’est imposé de lui-même, je ne me lasse pas de ce prénom royal, intemporel, somptueux, absolument porteur des valeurs chères à mon coeur à savoir rayonnement, pouvoir, savoir, arts, mécénat.

Victor était le prénom choisi à l’origine par le papa. En tant qu’amatrice de littérature, je ne pouvais que valider ce choix, mais Louis a remporté les suffrages de mon coeur, sans autre explication (peut-être aussi, parce que mon père s’appelle Dominique, Luis et que mon  grand-père s’appelait Louis…).

Louis, Victor, Bowie a rejoint notre famille en juin 2016. Et nous sommes indéniablement fous d’amour pour ce troisième bébé !

Vos enfants portent des prénoms anciens, rétro, rares, classiques, bohèmes et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr

La jolie histoire d’un prénom // Victoire

Julie est la maman d’une adorable Victoire de 4 mois. Une petite fille au prénom prédestiné, elle qui est née un 8 mai, jour de la fête de la victoire et dont la venue au monde, très compliquée, a été sa première bataille. Comme quoi, en matière de prénoms, le destin fait parfois bien les choses ! Julie nous raconte…

Victoire, Sixtine, Julianna

“Après 11 ans d’amour, mon mari et moi souhaitons enfin franchir le cap et construire notre famille. Je tombe enceinte dès le premier mois et arrivent alors les premières “vraies” conversations sur les prénoms. Ayant déjà 5 neveux/nièces nous avons eu de nombreuses fois l’occasion d’en discuter, et sommes déjà d’accord sur le style que nous recherchons, chic et ancien, mais cette fois c’est concret. Certains de nos prénoms “d’avant” ne nous plaisent plus, d’autres reviennent…

Nous ne souhaitons pas connaitre le sexe du bébé, il nous faut alors nous mettre d’accord sur deux prénoms. Pour un garçon nous voulons un prénom italien (origines italiennes dans nos familles respectives) ; nous le gardons pour un futur bébé car nous avons eu un coup de cœur sur un prénom que nous n’avons encore jamais entendu en France.

Dès l’instant où j’ai su que j’étais enceinte, je me suis dis que si c’était une fille je voulais l’appeler Victoire ! Prénom qui plaisait au papa je le savais, on se met alors vite d’accord. Mais avec les hormones de la grossesse, je me suis mise à douter, puis on a eu un autre prénom coup de cœur (que l’on garde pour une éventuelle prochaine poupée), on s’est mis à hésiter (enfin surtout moi) et puis naturellement Victoire est revenue.

Son deuxième prénom, Sixtine, est un prénom que l’on adore depuis des années, “si on a une fille on l’appellera Sixtine”, mais lorsque la grossesse est devenue concrète, nous avons souhaité le garder en deuxième prénom et non en principal. Cela nous plaisait d’autant plus car notre fille est la première de mon coté (Victoire, la première) et la sixième du coté de mon mari (Sixtine voulant dire 6), on aimait bien ce clin d’œil, sans l’avoir fait exprès.

Julianna, Julie en polonais, comme un clin d’oeil à mon propre prénom. C’est également le prénom de la grand-mère de ma grand-mère.

Notre fille n’a jamais aussi bien porté son prénom puisqu’elle elle est entrée dans nos vies le 8 mai dernier, jour de la Victoire ! Elle est arrivée 4 jours après terme, la probabilité qu’elle naisse ce jour-là n’était donc pas énorme… et pour autant cela ne nous a pas traversé l’esprit de changer de prénom ! On en rigolait même sur la table d’accouchement le 7 au soir, on s’est dit “allez, si c’est une fille, autant qu’elle arrive le 8, tout le monde s’en rappellera !”

Enfin, l’accouchement fut très compliqué, et on a appris par la suite qu’elle aurait pu y rester. Ce prénom lui va donc à merveille ! Ma fille porte un prénom rempli d’histoire, son histoire.”

Envie d’en apprendre plus sur le prénom Victoire ? Découvrez la fiche prénom qui lui est dédiée.

Votre enfant porte un prénom ancien, rare et/ou original ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous la Jolie Histoire de son Prénom : contact@jolisprenoms.fr