Jolie fratrie // Louise, Elouan & Victor

Très heureuse d’accueillir sur le blog la jolie fratrie de Maëlle, maîtresse en pause et maman de 3 enfants : Louise, Elouan et Victor. Vous pouvez suivre au quotidien l’univers tendre et poétique de cette joyeuse famille sur le compte Instagram malou_et_ses_loups. Pour l’anecdote, Maëlle est la soeur de Marie, maman de Salomé, Cyprien, Emma et Maëlys, qui a témoigné pour Jolis Prénoms il y a quelques semaines.

Louise

« Depuis notre enfance, mes soeurs et moi (nous sommes neuf enfants : un garçon et huit filles) avons toujours parlé des prénoms de nos futurs enfants. Sans nécessairement en vouloir autant que nos parents ! Nous avions chacune des idées très arrêtées sur le sujet. Certaines rendaient leurs prénoms publics, d’autres restaient plus discrètes, car assez vite, nous nous sommes rendues compte que certains prénoms étaient convoités par plusieurs !

Quand j’ai eu mon premier enfant, j’étais la seule femme enceinte de ma famille. La voie était « libre », même si mon prénom de garçon préféré, Cyprien, avait déjà été donné à mon neveu. Comme j’en suis la marraine, ce fut sans regret et même avec une certaine fierté que j’ai vu ma soeur ainée le donner à son fils.

Nous avons attendu de savoir si nous attendions une fille ou un garçon pour nous pencher sérieusement sur le sujet. Le papa espérait un garçon, moi une fille ! Notre première liste -sans censure, il suffisait que l’un de nous deux aime pour que le prénom y ait sa place- était déséquilibrée : une trentaine de prénoms de garçon pour quatre prénoms de fille ! Sans conviction… Quand nous avons appris que nous attendions une fille, nos choix se sont resserrés. Notre coeur balançait entre Clémence et Louise. J’aimais cette idée d’un prénom doux, paisible. Biblique aussi, c’était un choix important pour nous, qui nous a naturellement détourné d’autres prénoms plus originaux, bien que jolis.

Mon unique frère porte le nom de Louis. Je craignais de « réutiliser » le prénom avec Louise, mais mon mari lui y a toujours vu le signe d’une continuité entre les générations, ainsi qu’une marque de grande affection envers lui, qui porte si bien son prénom choisi par mes parents et qui nous a donné envie d’en donner un si proche à notre enfant. C’est finalement le prénom que nous avons choisi pour notre fille et, à la seconde où elle est née, j’ai su que nous avions fait le bon choix. J’en suis convaincue encore aujourd’hui, d’autant plus que Louise affectionne particulièrement l’histoire de la vie de sa sainte patronne, Sainte Louise de Marillac, également parisienne et fille de militaire ! »

FullSizeRender-2

Elouan

« Notre deuxième enfant est arrivé très vite, moins de dix-huit mois après sa soeur. Nous espérions tous les deux un garçon, et n’avons pas cherché de prénoms avant d’en avoir confirmation. Donc, pas de prénom de fille en tête ! Nous voulions tous les deux un prénom aux sonorités proches de Louise : des prénoms en résonance pour des enfants rapprochés.

Nous avions une préférence marquée dans notre si longue liste pour les prénoms bretons, étant tous les deux un peu bretons de coeur, entre autres multiples origines. Malo, Eloi, Erwan, Titouan… beaucoup nous séduisaient. Puis j’ai rencontré un petit garçon qui portait le nom de Elouan (qui chez nous se prononce comme Gaëtan et non comme Kylian, je tiens à le la préciser !) et ça a été une révélation. Mon mari était plus sceptique : Elouan, quelle idée, un prénom qui n’existe pas !

Mes recherches m’ont pourtant conforté dans ce choix. Tout les critères étaient remplis : tout d’abord, ce prénom existait bel et bien ! Il avait même une histoire, qui datait du VIème siècle ! Une signification, aussi, « eu » et « lou » signifiant respectivement en celte « bon » et « lumière ». La ressemblance entre Louise et Elouan était présente (quatre lettres en commun sur les six, et la même sonorité « lou », qui leur a valu leur surnom actuel, « les loups » !). Et Elouan avait son saint-Patron, saint Elouan, disciple irlandais de Saint Tugdual. Mon mari à court d’arguments a donc accepté et, une nouvelle fois, l’évidence a été très forte lors de la naissance. »

FullSizeRender-1

Victor

« Pour la venue de notre troisième, les choix n’ont pas été aussi simples.

Après une fille et un garçon (le choix du roi !), mon mari ne voulait pas connaître le sexe du bébé, j’ai donc accepté que nous ayons « la surprise ». Il nous fallait donc un prénom de fille, et un prénom de garçon.

Seule lors de la première échographie, j’ai rapidement eu de gros doutes. La sage-femme ne voulait rien dire, je ne voulais rien savoir, mais les images me semblaient sans équivoque. Dans les mois qui ont suivi, bien qu’à la deuxième échographie le médecin ne nous ait rien dit ni montré, ma certitude s’est renforcée jusqu’à devenir absolue : je portais un second garçon, sans doute possible. J’ai gardé cela pour moi, sans en parler à mon mari (qui a commencé à avoir des doutes sur mon innocence dans les dernières semaines de grossesse, bien que je ne veuille rien révéler… !).  Alors, quand mon époux m’a suggéré d’appeler notre enfant Agathe si c’était une fille, j’ai accepté sans hésitation, à sa plus grande surprise. Deux de mes soeurs avaient déjà chacune pour nièce une Agathe dans leurs belles-familles respectives, et je n’avais pas d’attachement particulier pour ce prénom, mais pourquoi faire d’histoire, puisque je savais que nous n’aurions pas à le donner ?

Cette fois-ci, nous ne recherchions pas spécialement de correspondance avec les prénoms précédents. Appeler notre troisième Heloïse ou Tatouan nous aurait semblé trop proche, presque ridicule. Nous avons longuement hésité. Martin, Victor nous séduisaient. J’adorais Octave, il détestait. Il adorait Charles, je détestais. Victor avait notre préférence, mais nous venions d’avoir une nièce et filleule portant le prénom de Victoire. Victor, Victoire, deux saint patrons différents mais deux prénoms si proches pour des enfants du même âge ! Le choix était difficile. En salle d’accouchement, la négociation allait encore bon train… La naissance ayant été ultra rapide, il a bien rapidement fallu se décider, Victor est donc né.

Autant du point de vue de la sonorité que du caractère, Victor a tranché avec ses frère et soeur. Un prénom plus fort pour un caractère plus doux. Il complète bien notre petite fratrie et aujourd’hui à nouveau, nous ne regrettons pas ce choix ! »

Louise, Elouan et Victor sont aujourd’hui la joie de notre famille avec leurs trois prénoms plein d’histoire : celle de leurs Saint patrons bien sûr, celle de leurs ancêtres, aussi, mais aujourd’hui la leur surtout, qu’ils écrivent chaque jour… avec plein d’énergie ! »

IMG_0411

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

wpDiscuz