Gustave

Genre : M
Origine de Gustave : « Götstaf », prénom allemand d’origine scandinave, composé des éléments « Gaut » (Goths, peuple germanique) et « stafr » (soutien)
Signification de Gustave : soutien/combattant Goths
Popularité en 2012 : #376
Fête : 7 octobre ou 28 août

Gustave fut un prénom largement répandu dès le Haut Moyen Âge, essentiellement dans les pays germanophones et certaines régions de France. Il se cantonna ensuite à l’Europe du Nord. La renommée du roi Gustave II Adolphe de Suède relança son essor dans toute l’Europe jusqu’au XIXème siècle. Ce roi respecté, ayant accédé au trône en 1611, fit de la Suède l’une des grandes puissances européennes grâce à son génie militaire et aux réformes qu’il mit en œuvre. Ses victoires pendant la guerre de Trente Ans maintinrent en Europe un équilibre politique et religieux entre catholiques et protestants.

Outre plusieurs rois de Suède, de nombreuses célébrités du XIXème portèrent ce prénom. Citons Gustave Courbet (1819-1877), peintre français, chef de file du courant réaliste ; Gustave Flaubert, auteur de « Madame Bovary » (1857) ; Gustave Doré, illustrateur, graveur, peintre et sculpteur français du XIXème siècle ; Gustave Eiffel (1832-1923), ingénieur et industriel, père de la célébrissime tour métallique ; ou bien encore Gustav Klimt (1862-1918), peintre autrichien dont les œuvres chatoyantes marquèrent l’apogée de sa « période dorée ».

Moins connu, Gustave Le Gray (1820-1884) est pourtant l’une des figures centrales de la photographie française. Il fut notamment l’auteur de la première photographie officielle d’un chef de l’État français, Louis-Napoléon Bonaparte, avant de devenir le photographe officiel de la famille impériale.

Il a tenu ces propos visionnaires au sujet de la photographie :

« Pour moi, j’émets le vœu que la photographie, au lieu de tomber dans le domaine de l’industrie, du commerce, rentre dans celui de l’art. C’est là sa seule, sa véritable place, et c’est dans cette voie que je chercherai toujours à la faire progresser. C’est aux hommes qui s’attachent à son progrès de se pénétrer de cette idée. »

A noter qu’il n’existe pas de saint Gustave dans les Églises chrétiennes. Les catholiques fêtent donc les Gustave à l’occasion de la saint Auguste, le 7 octobre ou de la saint Augustin, le 28 août.

Il nait aujourd’hui un peu plus de 130 Gustave chaque année. Avec ses belles sonorités masculines et ses magnifiques références historiques, il y a fort à parier que ce prénom a de beaux jours devant lui. Et si certains redoutent le sobriquet de « Gus », est-ce réellement rédhibitoire face à de tels arguments ?

Laisser un commentaire