Marguerite

Genre : F
Origine de Marguerite : margaritês (grec) et margarita (latin)
Signification de Marguerite : « perle »
Popularité en 2012 : 600ème prénom le plus attribué
Fête : 16 novembre

Du latin « Margarita », lui-même emprunt au grec ancien « Margarites », le prénom Marguerite signifie « perle », et n’a donc aucun lien étymologique avec à la fleur du même nom. Introduit dès le Ier siècle à Rome, le prénom Marguerite s’est rapidement répandu. Mais c’est au Moyen Âge qu’il connut son heure de gloire, lorsque les Croisés, de retour d’Orient, firent connaître les incroyables légendes liées au culte de Sainte Marguerite.

Près d’une vingtaine de saintes et bienheureuses furent des Marguerite, dont la sainte patronne de l’Écosse, Marguerite, qui devient reine en épousant le roi Malcom III vers 1070. Citons également sainte Marguerite d’Antioche, vierge martyre du 4ème siècle qui s’adressa du haut du ciel à la jeune Jeanne d’Arc pour lui indiquer sa mission.

On le retrouve sous différentes formes dans la quasi totalités des pays européens : Gretchen en Allemagne, Margit en Suède, Griet aux Pays-Bas, Margaret en Écosse et en Grande-Bretagne (où l’adorable diminutif Maisie est aujourd’hui dans le Top 50 !).

En France, Marguerite atteignit le sommet de sa gloire au début du 20ème siècle avec un pic de près de 10 000 fillettes prénommées ainsi en 1906. Le succès de Marguerite commença à décliner dans les années 1920, pour finalement atteindre une fréquence d’attribution stable d’environ 130 naissances par an. Parions que Marguerite, prénom romantique et féminin à souhait, saura retrouver ses lettres de noblesse dans les années à venir !

Il est à noter que les diminutifs Margaux et Margot font l’objet d’un véritable engouement, et sont aujourd’hui 10 fois plus attribués que la forme longue ! Enfin, n’omettons pas de citer les jolies variantes régionales du prénom Marguerite : Magali dans le Midi méditerranéen, Maguelone – parfois orthographié Maguelonne – en occitan ou encore Clervie / Klervi en bretagne !

Livres mettant en scène Marguerite

L’ogre et Marguerite
Raphaël Frier (Auteur), Solenn Lamicol (Illustrations)

Marguerite aime sa maison, sa chambre et grimper dans le cerisier du fond du jardin. Un après-midi, elle voit sa mère en compagnie d’un monsieur qu’elle n’a jamais vu. Marguerite en est persuadée : c’est un ogre ! Marguerite a peur et s’enfuit dans la nuit noire pour retrouver son papa. Sa mère la retrouve cachée dans son cerisier et la rassure. Un texte poétique et à hauteur d’enfant.