Archives de catégorie : jolies fratries

Jolie fratrie // Milo & Aria

Laure est la maman de deux adorables enfants, Milo et Aria, tous les deux des bébés de juin (le 22 pour lui, le 7 pour elle) comme Maman (le 9), sans compter le chat (le 3). Laure revient sur le cheminement qui l’a conduit à choisir ces deux prénoms courts et originaux, aux sonorités emplies de douceur.

Graphiste passionnée, Laure est la créatrice de Jolis Jours, un atelier de papeterie qui propose des faire-part de mariage de naissance, des cartons d’anniversaire, des cartes à gratter, des affiches décoratives et même des tote bags ! Son univers coloré et drôle mérite qu’on s’y attarde !

Milo, Marius, Andy

J’aime les prénoms, depuis toujours. Je suis toujours heureuse qu’il y ait des naissances juste pour connaître les prénoms. J’aime leur signification, leur sonorité, leur originalité ou pas, leur histoire parfois simple parfois complexe. Pourtant avec mon mari nous n’avons pas trop parlé prénom jusqu’à ce que je sois enceinte. Et là très rapidement j’ai eu une idée de prénom de fille. Pour la petite histoire, je suis la dernière de 4 filles (Adeline, Bérangère, Marine & Laure, l’histoire de nos prénoms vaudrait que ma Maman vienne le raconter ici d’ailleurs), qui ont toutes eu une fille en premier, et moi aussi c’était sûr, ce serait une fille, ça ne pouvait pas être autrement… 

Un dimanche en rentrant de chez mes beaux parents, enceinte depuis peu, je propose ce prénom à mon mari en étant persuadée qu’il n’aimerait pas, c’était sûr ! Sa réponse “Oh c’est joli, j’aime”. Ah très bien, parfait ! Si c’est une fille ce sera Aria. Oui mais voilà, il faut tout de même chercher pour un garçon. Et là c’est le néant total !! Rien… Je farfouille sur internet, je tends l’oreille pendant les films, séries, reportages, génériques, à la recherche du prénom qui fera tilt. Toujours rien…

J’emprunte donc un livre de prénoms à une amie. J’en écume les pages plusieurs fois sans succès. Tout ce qu’on essaie ne nous convainc pas. Mon mari n’est pas très inspiré, et je sens bien qu’il se laisse porter, qu’il attend que je propose pour dire oui ou non. Je laisse tout ça se décanter un peu. Le choix d’un prénom c’est tellement important. Je suis quelqu’un qui se lasse assez vite, et j’ai très peur de devoir choisir un prénom par défaut. Impossible ! Je le veux original mais pas trop, pas envie qu’il passe sa vie à l’épeler. Je n’aime pas trop les prénoms anciens, ni trop modernes. Bref je suis perdue. 

Je finis par me replonger dans ce qui est devenu mon livre de chevet, le fameux livre des prénoms et allez savoir pourquoi, je m’arrête sur Emilio, et mon oeil enlève le “E” ; Milio. C’est joli Milio. Oui mais… il y a un je-ne-sais-quoi qui me gêne. Et là je me suis dit qu’il allait passer sa vie à dire “Non non Milio !” en insistant sur ce second “i”. En en discutant, j’ai fini par enlever ce “i” pour arriver à Milo.

Milo c’était doux, joli, je ne l’avais vu que deux fois (la Vénus de Milo et un acteur Italo-Américain) donc peu répandu, et j’étais contente de l’avoir trouvé “seule”, qu’il y ait une petite anecdote même si je ne l’ai pas inventé et qu’il existe. C’est avec ces deux prénoms en tête que nous partons pour l’écho des 5 mois. C’est donc un garçon… je pleure discrètement en me rhabillant, je suis déçue, je suis triste, même si je m’en veux dans la demi-seconde qui suit de penser ça. En sortant de là, mon mari sent bien cette ambivalence dans mon humeur. Il pose sa main sur mon ventre et dit “Coucou bébé Milo” et là c’est sûr, on le tient son prénom.

Pour ses deux autres prénoms, ce sont la marraine et le parrain qui ont choisi. Et en résumé :

– Marius, choisi par sa marraine, ma meilleure amie, en l’honneur de notre amour pour la danse et son chorégraphe préféré Marius Petipa. 

– Andy, choisi par son parrain, mon beau-frère, c’est le nom de son fils aîné dont mon mari est le parrain. La boucle est bouclée.”

Aria, Juno, Léa

Quand nous avons lancé le projet bébé 2, j’étais sûre de moi. Même si c’était une fille ce ne serait pas Aria ! Aria c’était pour Milo, là c’était un autre enfant, une autre grossesse, une autre histoire. Et les semaines ont défilé, sans qu’on ne se préoccupe trop du prénom. Blocage total, page blanche. Pour une fille, rien ne détrônait Aria, même si je faisais semblant de ne pas le voir. Et rien de chez rien pour un garçon.

La petite voix au fond de moi insistait sur le fait que quand même “Milo & Aria” ça sonne hyper bien ensemble, non ? Rendez-vous du 5ème mois, échographie, c’est une fille ! Je suis heureuse et soulagée, j’avais tellement peur de ne jamais avoir de fille. On sort, mon mari l’air de rien avait préparé son coup, pose la main sur mon ventre me sourit malicieusement et dit “Coucou bébé Aria”. Le fourbe !!! Je fonds…

En rentrant, test ultime, on demande à Milo “Tu dis Aria ?”… “Ayaaaa” ok vendu ! Ce sera donc Aria. Et pourquoi Aria ? Alors non rien à voir avec Game of thrones. Mais je plaide coupable pour la série d’ado que je regardai pendant la grossesse de Milo. Dedans il y a une jeune fille, Aria, artiste, un poil originale, belle comme un cœur. Je tombe amoureuse du prénom. Le bonus étant sa signification. Aria, une aria dans l’opéra, étant une pièce de musique écrite pour une voix en solo. Moi qui aime chanter depuis toujours, qui a longtemps pris des cours de chant, je suis ravie. Pour elle aussi nous avions gardé le secret, les plus attentifs s’étant vite souvenus de notre choix pour Milo. 

Comme pour son frère, la marraine et le parrain ont choisi les autres prénoms :

– Juno, choisi par sa marraine, ma belle-sœur, car c’est un prénom qu’elle adore.

– Léa, choisi par le parrain, le meilleur ami de mon mari. Il a longtemps cherché un prénom sans trouver. Puis il a eu cette idée géniale d’aller chercher le top 3 des prénoms donnés l’année de leur rencontre et dans ce trio a choisi Léa.

Nous avions décidé de garder secret le choix des prénoms. Toutefois nous avions donné quelques indices, la première lettre et le nombre de lettre. Nous nous sommes amusés des différentes propositions. Et pour l’anecdote, ma sœur trouvera le prénom de Milo in extremis, 30 min avant sa naissance. Pour Aria ce sera mon papa qui nous surprendra en trouvant en 30 secondes avec pour indice “Lettre A, rapport à la musique, 4 lettres”. Nous n’avons pas eu de mauvaises réactions concernant leur prénoms. Pour Aria nous avons beaucoup de “Ah comme Arya Stark” mais bon c’était à prévoir !

Aujourd’hui Milo est un garçon surprenant, tant par sa mémoire sans faille, que par ses émotions à fleur de peau, son empathie et son petit caractère. Aria quant à elle, est une petite fille espiègle, énergique et dotée d’un sacré caractère, tout en étant pleine de douceur et aussi empathique que son frère.”

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr 

Jolie fratrie // Ombeline, Louise & Auguste

Anne-Laure est la maman de trois enfants aux jolis prénoms : Ombeline, Louise et Auguste. Trois blondinets aux yeux clairs qui portent à merveille leurs beaux prénoms. Des prénoms anciens et historiques qui forment un trio doux et raffiné. Anne-Laure nous raconte… 

Ombeline, Claude, Marie

Lorsque j’ai su que j’étais enceinte la première fois, je désirais secrètement une fille car j’avais un coup de cœur pour le prénom Louise depuis une dizaine d’années. J’avais oublié un détail, il faut être deux pour choisir un prénom et lorsque je l’ai soumis à mon mari, celui-ci m’a opposé un refus catégorique. Ce prénom ne lui plaisait pas du tout et impossible de lui faire changer d’avis. Non et non (c’est le côté breton de mon mari Erwann).

A la deuxième échographie, nous avons su que nous attendions une fille. Les choses sérieuses ont commencé et je devais à regret faire une croix sur le prénom Louise.

C’est vers internet et les forums de discussion que je me suis tournée pour trouver son prénom. C’est un peu tabou de l’avouer ouvertement mais j’étais alors à la recherche d’un prénom à connotation “bourgeois-catholique” et ce sont ces mots clés que j’ai tapés sur le moteur de recherche. Je remontais les fils de discussion de mamans (on ne voit qu’elles surtout) qui cherchaient comme moi un prénom pour leurs futurs enfants. Et je sélectionnais les prénoms féminins qui me plaisaient. Puis je les soumettais à mon mari le soir. Aucun ne lui plaisait. De son côté, je lui ai demandé de chercher un prénom. Et lorsqu’il m’a soumis sa liste, je n’étais pas vraiment emballée. Sa liste comportait des prénoms en vogue dans les années 80 (année de notre naissance) mais plus vraiment maintenant. Il cherchait son inspiration dans les prénoms de personnes de son entourage qui avaient à peu près le même âge que nous. Je suis peut-être un peu contradictoire mais j’étais à la recherche d’un prénom peu courant mais je voulais aussi suivre un peu la tendance et celle-ci était plutôt dans les prénoms portés par des personnes centenaires ou décédées. D’ailleurs, une phrase avait retenu mon attention à l’époque : “Une fois qu’un prénom a atteint son seuil de saturation, il tombe dans le purgatoire et ne peut en sortir que si les porteurs vivants ont disparu”. C’est donc plutôt vers les prénoms de nos aïeux décédés que je cherchais et non parmi ceux de nos copains.

Aucun prénom de ma liste ne trouvait grâce à ses yeux et puis un jour, je lui ai sorti Ombeline et là, contre toute attente, il m’a dit : “j’adore”. J’ai appris après coup qu’il avait connu une Ombeline pendant ses années d’études supérieures et celle-ci était comme par hasard mignonne. Ah les hommes, si elle avait été laide, je ne sais pas ce qu’il aurait pensé de mon prénom. Ainsi, notre première fille s’est appelée Ombeline et elle porte ce prénom à merveille. J’aime sa sonorité, sa rareté et son histoire ; Sainte Ombeline était la sœur de Saint Bernard et elle a connu une vie un peu frivole avant de rentrer dans le droit chemin. Ma Ombeline a aujourd’hui 6 ans. Ma mère n’était au départ pas très enthousiaste. Elle trouvait ce prénom trop long. Elle avait également peur qu’on le prononce mal, que le E soit mangé et qu’on l’appelle Ombline. C’était également ma crainte. Au final, les gens prononcent très bien son prénom et ma mère l’apprécie finalement beaucoup.”

Louise, Augustine, Renée

A ma deuxième grossesse, lorsque nous avons su que nous attendions une deuxième fille, je n’avais pas oublié le prénom Louise. Cette fois-ci, mon mari n’était plus si contre. Entre temps, une connaissance à lui avait appelé sa fille Louise. Ce prénom a alors fait partie de notre liste. Le seul souci pour moi était que la popularité de ce prénom ne faisait que se renforcer et j’avais peur que notre fille se retrouve avec 4 autres Louise dans sa classe. Deux autres prénoms nous plaisaient beaucoup à tous les deux : Joséphine et Adèle et jusqu’au terme de ma grossesse, nous n’arrivions pas à faire un choix. Louise et Adèle étaient déjà très populaires à l’époque et j’avais peur que cela ne s’accentue. Pour Joséphine, c’est le fait qu’il soit en 3 syllabes et qu’il se termine en -ine comme Ombeline qui me dérangeait.

Bref, nous n’arrivions pas à nous décider et c’est ma mère qui m’a aidé à faire notre choix. J’étais alors à 3 semaines du terme. Pour elle, Adèle risquait de devenir encore plus à la mode, à l’inverse de Louise. Je l’ai écouté et c’est plutôt l’inverse qui s’est produit. Louise qui était plutôt en milieu de classement du top 10 des prénoms populaires s’est retrouvé numéro un pendant plusieurs années. Mais je ne regrette pas notre choix. Notre Louise est unique pour nous et ce prénom lui va si bien. C’est une petite coquine très débrouillarde. Elle a aujourd’hui 3 ans et demi.”

Auguste, Gaspard

Pour ma troisième grossesse, nous avons eu la joie d’apprendre que j’attendais un garçon. Le seul souci est qu’entre temps, ma liste de prénoms de filles s’était bien étoffée et je n’avais aucune inspiration pour les prénoms de garçons. C’est mon mari qui a eu alors l’idée d’Auguste. Son grand-père s’appelait ainsi et il avait une grande admiration pour lui. Je n’étais pas réticente à l’idée de ce prénom. Il me plaisait beaucoup d’ailleurs mais j’avais tout de même un petit blocage ; peur que ce prénom soit lourd à porter d’un point de vu généalogique (j’appris entre temps que mon arrière-grand-père s’appelait également Auguste) mais aussi qu’il soit trop rare pour sa génération et donc difficile à porter. Il y avait aussi d’autres prénoms de garçons qui me plaisaient mais soit ils avaient déjà été attribués dans mon entourage comme Joseph, Vianney, Théophile soit ils ne plaisaient pas du tout à mon mari comme Jean ou Brieuc.

Ma grossesse était déjà bien avancée lorsque nous nous sommes mis d’accord sur deux prénoms : Auguste et Gaspard. De mon côté, j’avais une petite préférence pour Gaspard. Mon mari était quant à lui moyennement emballé par ce prénom car il est assez populaire dans le milieu bobo parisien et il ne voulait pas recommencer avec un prénom trop à la mode comme Louise. Nous avons attendu le jour de mon accouchement pour faire notre choix entre Auguste et Gaspard et c’est une fois installés dans la salle d’accouchement que nous avons dit banco pour Auguste. Pour moi, c’est un beau prénom qui a une histoire et qui se démarque d’Augustin qui est beaucoup donné. Auguste a aujourd’hui 10 mois.”

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr 

Jolie fratrie // Clément, Valentine & Adèle

Delphine est la maman de trois enfants aux jolis prénoms : ClémentValentine et Adèle. Cette maman enseignante partage avec nous l’aventure des prénoms de ses enfants. Un premier garçon au prénom intemporel, puis une fillette au prénom élégant et pétillant née à quelques mois d’écart, et enfin une dernière petite fille au prénom plein de charme qui agrandit la famille quelques années plus tard. 

Clément, Robin

“Ce premier enfant a été très attendu, c’est un peu le bébé de l’acharnement. Après de nombreux examens et nombreuses courbes de température, la petite graine avait enfin pris. Que d’émotions ! A l’annonce de la nouvelle, le papa était inquiet et très prévenant. Dès que nous avons appris ma grossesse, nous avons investi dans l’achat de la bible des prénoms, que j’ai lue plusieurs fois.

Plein d’idées de prénoms de filles nous venaient et nous nous arrêtons assez rapidement sur Coline, ce prénom original nous plaît à tous les deux. Je suis pourtant plus fan des prénoms classiques voire rétro. Pour un prénom de garçon, pas vraiment de recherches, nous nous étions dits des années auparavant que le « seul » prénom de garçon qui nous plaisait était « Clément ». Prénom classique, intemporel, qui convient à un enfant comme à un vieux papi… Et puis, clément c’est indulgent et c’est une belle qualité. Clément est aussi un prénom de pape et donc de sagesse. Je trouvais que pour un petit bonhomme indulgence et sagesse étaient deux grandes qualités. Seul petit hic, un des meilleurs amis de mon père quand il était jeune s’appelait Clément… Cela me fait douter…

Bon on ne s’était pas interdit de penser à un autre prénom et avons hésité un temps avec Mateo. Je ne voulais pas que l’orthographe du prénom soit un obstacle pour mon enfant et qu’il soit obligé de l’épeler à chaque fois. Mateo, avec 1 ou 2 T, un h ou pas de h….

Son deuxième prénom a été choisi parce qu’il nous plaisait à tous les deux et surtout il ne faisait référence à aucun des prénoms dans nos familles, on ne voulait pas qu’il porte sur ses épaules un quelconque passé familial.

Clément est finalement arrivé le 25 mai 2007, un beau bébé de 4kg150. Clément est un enfant intelligent, très dynamique, très sportif mais pas forcément très sage ni indulgent.”

Valentine, Zoé

“La machine ayant bien fonctionné une première fois, elle est rapidement repartie. Et une deuxième petite graine s’est mise à germer bien vite après la première. Ce n’était pas vraiment un choix, mais cela s’est imposé à nous. Le bonheur d’avoir Clément nous avait vraiment donné envie d’une famille avec plusieurs enfants, et le fait que cela arrive si vite nous a surpris mais pas du tout angoissés. J’avais quand même réellement envie d’une petite fille. Nous avons su rapidement que c’en était une. De toute façon, plus vraiment de coup de cœur pour un prénom de garçon, alors il fallait que ce soit une petite fille.

Le prénom Coline n’était plus à notre goût et surtout me trottait dans la tête le prénom Valentine, que j’aimais si fort depuis si longtemps. En effet, adolescente j’avais vu le film l’Etudiante et Sophie Marceau portait ce prénom à ravir. Ce prénom, je le trouvais élégant et raffiné. Mais le papa n’y était pas très favorable. Il avait des craintes par rapport à ce prénom : marque de peinture, la chanson de Maurice Chevalier qui maltraite ce doux prénom et pas seulement avec ces jolis petons… Du coup, il m’a transmis ses craintes et je ne voulais pas que mon bébé se trimballe avec un prénom fardeau. Mon mari souhaitait un prénom court et nous nous orientons vers Zoé que je trouve très mal assorti avec notre nom de famille mais qui signifie la vie, et je trouve que cela va plutôt très bien à cette vie qui s’est immiscée en moi tout doucement, sans acharnement.

En salle d’accouchement (et même un peu avant), j’arrive à convaincre mon mari, Valentine naît le 10 octobre 2008 (4kg220). C’est une enfant douce, prévenante, à qui certains fredonnent la chanson mais ça ne la trouble pas. Le prénom Zoé est son deuxième prénom.”

Adèle, Chloé

“D’avoir eu ces deux premiers enfants très rapprochés m’a donné envie d’avoir un nouveau bébé. Je n’avais pas vraiment profité de chacun de mes bébés mais des deux en même temps. Mon mari n’est pas très favorable à avoir un 3ème enfant mais il cède à mon désir. Le bébé arrive rapidement. Je ne veux pas savoir le sexe de ce bébé, j’ai déjà garçon et fille, je suis déjà comblée… j’aurai forcément « un double », alors savoir pour moi n’a pas vraiment d’importance et ainsi je peux me laisser le choix du prénom jusqu’au bout. Mon mari veut un prénom court et assez moderne, moi je veux bien céder sur le critère court mais étant enseignante je ne veux pas d’un prénom trop à la mode. Un prénom que j’ai chaque année dans ma classe. Et surtout, je veux que ce prénom fasse partie de la fratrie, qu’il s’assortisse avec le prénom de mes aînés, c’est pour moi capital. Nous partons sur Alban pour un garçon, qui rime avec Clément. Pendant un temps j’avais opté pour Constant (que je trouve encore mieux assorti avec Clément) mais mon mari y met un véto, il trouve ça trop vieillot.

Pour une fille, beaucoup d’idées : ma liste est longue, celle de mon mari aussi. Mais le seul prénom que nous avons en commun est Faustine. M’appelant moi-même Delphine et sa sœur aînée Valentine, ça faisait beaucoup de « ine »… Alors pendant un moment pas d’idée et surtout rien en commun, mon mari voudrait Chloé, j’aime bien mais trop donné à mon goût… Un soir, les hormones n’aidant pas, je pleure : je porte la vie et suis incapable de trouver un prénom de fille… ça me rend très triste… Les semaines passent et un matin je sais, ce sera Adèle. La nuit m’a porté conseil et je sais… C’est élégant, doux, ça se marie bien avec Clément et Valentine, c’est rétro, c’est court, ça ne finit pas en « ine », et cela signifie noble… J’adore… ne manque plus qu’à convaincre le papa… Je sais qu’il trouve ce prénom un peu vieillot, alors je lui envoie un sms ce matin-là en lui disant de se répéter ce prénom jusqu’à ce que sa sonorité lui devienne familière et moins vieillotte. Il finit par me dire « pourquoi pas ». Je sais que ce n’est pas son coup de cœur mais il ne s’y oppose pas.

Le 20 avril 2014, je perds les eaux vers 19h, le travail débute et nous ne sommes pas vraiment fixés pour le prénom de fille. Le 21 avril 2014, naît une petite fille (3kg860) et en salle d’accouchement nous nous sommes dits que Adèle lui irait très bien. Adèle est une petite fille très vive, pleine de peps, pas du tout vintage (en référence à une personne qui nous a dit que Adèle, ça faisait vintage).

Son deuxième prénom est Chloé pour faire plaisir à son papa et aussi parce qu’il fait référence aux prénoms de son frère (Cl-) et de sa sœur (les deuxièmes prénoms des filles finissent en -oé).

Voilà, je pense que pour nous l’aventure des prénoms est terminée…”

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr