Archives de catégorie : jolies fratries

Jolie fratrie // Elinor & Soline

Ségolène est la maman de deux petites filles qui répondent aux jolis prénoms de Elinor et Soline. Un beau prénom issu de la littérature anglaise comme un clin d’oeil aux études de ses parents pour la première ; et un prénom doux et lumineux pour la seconde. Ségolène nous raconte comment elle a choisi les prénoms de ses filles !

Elinor, Jeanne

“Nicolas et moi sommes professeurs d’anglais, aussi nos études de littérature anglaise ont quelque peu orienté nos choix.

Avant même que je tombe enceinte de notre première fille, nous étions tombés d’accord sans aucune difficulté sur deux prénoms issus de nos goûts littéraires. Si nous avions un jour une petite fille, elle se nommerait Elinor comme l’héroïne romantique de Jane Austen, mon auteur préféré. Il remplissait à merveille le cahier des charges : anecdotique en France mais pas inventé, un prénom anglais qui n’en a pas l’air et une prononciation aisée dans les deux langues. Évidemment la référence littéraire était la cerise sur le gâteau. Un vrai coup de foudre.

Pour un garçon, nous avions choisi Oscar en référence à Oscar Wilde. À « l’époque » , ce prénom était peu donné, nous le trouvions élégant et remplissant les mêmes critères qu’Elinor. Aussi lorsque nous apprîmes que bébé était une fille, nous n’avons pas eu la moindre discussion ; Elinor était une évidence. 

Elinor est comme son prénom : singulière, avec du caractère, elle ne ressemble à personne. Son second prénom lui vient de son grand-père paternel, Jean-Louis, que nous avons eu le chagrin de perdre peu avant sa naissance.”

Soline, Louise

“Lorsque je suis à nouveau tombée enceinte 5 ans plus tard, je savais que la tâche serait plus ardue si nous avions une deuxième fille. Nous avions eu un coup de foudre pour Elinor, aucun prénom ne pourrait s’imposer de cette même façon. Bien sûr, pour un garçon, nous avions toujours Oscar mais pour une fille… Et puis, on nous annonça que ce serait une fille et nous entamèrent les discussions.

J’avais craqué sur le prénom Félicie mais je n’en n’avais pas encore parlé à Nicolas. Il opposa à cette proposition un non franc et catégorique, Félicie, pour lui c’était Fernandel et le poil au pattes qui va avec. Bien sûr, il n’avait pas d’autres propositions mais des objections à toutes mes suggestions. J’aimais les prénoms de fleurs, lui les trouvais niais, j’aimais les prénoms anciens comme Madeleine, Suzanne ou Josephine, lui les trouvais bobo ou bourgeois. Et puis j’eus l’idée de Soline et Nicolas l’aima instantanément. Moi, je n’étais pas sûre… est-ce que ça n’avait pas l’air d’être inventé ? Est-ce que ça n’allait pas devenir à la mode ? Et puis je n’arrivais pas à faire le deuil de Félicie. Nicolas était campé sur ses positions ; pour lui, Soline était le prénom parfait.

Lorsque Soline est née, les réactions de notre entourage furent mitigées et j’ai mis du temps à l’appeler par son prénom. Aujourd’hui je ne regrette pas ce choix, quelque peu imposé. Soline est douce et lumineuse comme le soleil.

Son deuxième prénom lui vient également de son grand-père, ainsi, chacune de mes filles en porte un morceau.”

Vos enfants portent des prénoms anciens, rétro, rares, classiques, bohèmes et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr 

Jolie fratrie // Joaquine, Léone & Paula

Agathe, jeune maman de 28 ans, est à la tête d’une jolie fratrie de filles aux prénoms peu communs : Joaquine, Léone et Paula. Des prénoms originaux aux sonorités plutôt mixtes, voire masculines, et des références à la culture populaire et à un sport cher au coeur du papa, le surf ! Agathe nous raconte comment elle et son mari ont choisi les prénoms de leurs enfants, à l’âge où d’autres commencent tout juste leur vie d’adultes !

Joaquine, Fatima, Béatrice 

“J’ai toujours aimé les prénoms hors du commun. Je trouve qu’un prénom original est une force.  Malgré ma nature introvertie, j’ai toujours eu le souhait de me démarquer des autres. Pour moi, le prénom est la première image de vous, qui montre que vous êtes une personne unique… 

Enceinte de notre premier bébé, nous avions souhaité ne pas connaître le sexe. À tout juste 21 ans, nous étions très excités à l’idée de devenir parents, à l’âge où la plupart de nos amis étaient étudiants ! Fille ou garçon, ce bébé allait être le premier de ma famille, de nos amis… c’est certain que le sexe nous importait guère !

Très rapidement, mon mari, menuisier et skateur, avait choisit Zéphyr pour un garçon, en référence au surfshop « Zephyr » de Venice (Californie) et aux débuts de la culture skate des années 70… Moi je trouvais ça cool, et j’ai tendance à chercher les origines, donc Zéphyr, personnification grecque du vent, ça m’allait ! Pour une fille, je voulais un prénom qui sonne plutôt masculin, assez mixte. Nous n’avons pas mis longtemps à nous mettre d’accord sur Joaquine. Ce prénom vient de mon grand-père maternel que je n’ai pas connu. Joaquim était portugais, et c’était un bel hommage d’appeler notre fille ainsi. Nous avons cherché son féminin : Joaquina, et opté pour Joaquine pour le « franciser » et lui donner ce côté mixte que je souhaitais.

Bref, à sa naissance, une petite fille, et le prénom qu’elle allait porter une évidence ! Elle porte en deuxième prénom celui de ses deux grands-mères. Aujourd’hui, Joaquine est la personne la plus cool que je connaisse (et oui, c’est ma fille…!). Elle aime se démarquer, elle aime le foot et les rappeurs qui disent des vilains mots… Elle est dingue de son père, de chaussures et de fringues, elle prône déjà le féminisme du haut de ses 6 ans !”

Léone, Matilda, Samuelle 

“Notre deuxième fille est arrivée très vite, par surprise ! Par souci de maîtrise de cette grossesse inattendue, je souhaitais cette fois connaître le sexe du bébé. Le choix du prénom était plus difficile, nous avions du mal à nous mettre d’accord. L’idée de Léone est arrivée dès le début pour ma part, c’était une évidence. Mon mari était catégorique : non ! C’était vieux, et ça rappelait la voiture, La Seat Leon…

Moi j’adorais. Et je n’arrivais pas à passer à un autre prénom. Je le trouvais à la fois doux et dur, je lui trouvais des sonorités créoles et africaines, tout ça, tout ça… et il allait parfaitement bien avec Joaquine. À force d’en parler, notre entourage a commencé à s’y faire, et mon mari à l’intégrer et même à l’apprécier !

Léone est née, le contraire de Joaquine : peau de porcelaine et les yeux d’un bleu profond ! Ses deuxièmes prénoms sont ceux de sa marraine Mathilde (ma petite sœur), Matilda fait référence au roman de Roald Dahl et aussi la chanson d’Alt-J et la chanson d’Harry Belafonte. Et son parrain Samuel, qu’on a féminisé. Ma petite Léone porte si bien son prénom : coquine, rigolote, généreuse et unique !”

Paula, Malik 

“Enfin, notre dernière petite fille rejoint notre équipe ! Cette fois-ci nous gardons la surprise ! Tout le monde nous disait que l’on « tentait » le garçon… Mais nous, on faisait un troisième enfant, et encore une fois, fille ou garçon, ça n’avait pas d’importance ! 

Si c’était un garçon, j’avais choisis Malik. Comme le surfeur Malik Joyeux. De plus, ça voulait dire Vague en inuit, on restait dans le thème. J’adore sa sonorité ! Pour une fille, c’était Paula… un prénom portugais pour fermer la boucle ! Nous le prononçons à la française, même si sa grande sœur préfère l’appeler Paola. Nous laissons donc le choix pour la prononciation ! 

Je voulais terminer cette fratrie par un prénom qui sonne plus féminin cette fois-ci. À sa naissance, nous étions une fois de plus, heureux et pas surpris d’accueillir Paula ! Pour son deuxième prénom, vous avez bien compris que j’ai réussi à “caser” mon prénom de garçon que je n’aurai pas… et pour le coup, ça masculinise son prénom très féminin ! De plus, elle utilisera son prénom entier comme nom de scène quand elle sera chanteuse de soul ;)”

Vos enfants portent des prénoms anciens, rétro, rares, classiques, bohèmes et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr 

Jolie fratrie // Adèle & Joséphine

Lucie est la maman comblée de deux adorables petites puces : Adèle et Joséphine. Cette jeune maman, qui se décrit comme une “aficionada de prénoms”, revient sur les choix des prénoms de ses filles. Des prénoms chics et rétro comme on les aime tant chez Jolis Prénoms…

Adèle, Inès, Juliette

J’ai toujours été une “aficionada” de prénoms, à dresser des listes depuis mes 14 ans, à les actualiser, les enrichir… mais j’avais oublié un détail de taille : un prénom ça se décide généralement à deux ! Quand mon mari et moi avons appris la bonne nouvelle pour ma première grossesse, nous nous sommes lancés immédiatement et avec enthousiasme dans la recherche de prénoms, fille et garçon. 

J’ai pu enfin sortir mes listes, et là, la déception : aucun des prénoms que j’aimais ne plaisait à mon mari. Il allait donc falloir faire le deuil de mon top 10 des prénoms, et trouver un compromis, sans être sûre de réussir à aimer autant notre futur choix. J’aime les prénoms anciens, je leur trouve un charme rétro et chic, j’aime qu’ils aient une histoire et qu’on sache instantanément les orthographier, à l’inverse des prénoms modernes inventés. 

On apprend au cinquième mois que ce sera une petite fille, ô joie, j’ai toujours rêvé d’en avoir au moins une ! Aussi nos recherches se concentrent sur un seul sexe. Nos prénoms ‘compromis’ tournent autour de Jeanne, Pauline, et Margaux, mais sans aucune conviction… Un jour, nous découvrons le prénom Prune, c’est un coup de coeur partagé (bien que pas rétro), ce prénom fruité a de la personnalité, il est doux et pétillant. Mais la crainte des réactions (entourage, moqueries d’école…) nous fait fortement hésiter, aussi nous continuons nos recherches.

Vers 7 mois de grossesse, nous tombons sur Adèle, qui n’était bizarrement pas dans mes listes alors que je l’aime beaucoup. Coup de coeur partagé, mais à nouveau hésitations : ce prénom peut sembler trop sage, trop rangé. Jusqu’à la fin de la grossesse, on hésitera entre Prune la pétillante et Adèle la petite fille modèle. Et un jour, je découvre (via notre arbre genealogique) que la grand-mère de mon grand-père paternel s’appelait Adèle… Je suis tellement émue, j’en pleure, je sais que ce sera Adèle, j’en ai enfin la conviction. Il faut savoir que je porte moi-meme le prénom de mon arrière-grand-mère Lucie, et que j’ai toujours aimé ce sentiment d’être (humblement) la génération future tout en étant profondément enracinée dans mon passé et mon histoire familiale. 

Adèle naît en août 2015, et nous ne pouvions faire de meilleur choix. Elle réveille ce prénom doux avec sa personnalité espiègle et coquine. Elle porte également Inès, qui est le prénom de ma mère, et Juliette celui de son arrière-grand-mère paternelle.”

Joséphine, Alice, Prune

Deux ans plus tard, nous apprenons que la famille va s’agrandir, c’était mon souhait le plus profond d’avoir une fratrie, au moins deux enfants qui puissent grandir et tout partager ensemble. Cette fois, comme nous avions eu tellement de mal à nous décider pour Adèle, mon mari me demande d’attendre d’être sûrs pour le sexe du bébé avant de parler prénoms (la pire punition pour la fan de prénoms que je suis !). Enfin le verdict tombe : une seconde fille, c’est ce que nous espérions tous deux sans oser nous l’avouer ! Nous sommes aux anges. 

La recherche de prénoms tourne longtemps autour de Appoline, Jeanne, Faustine, Louise et Céleste que j’essaie de faire passer, en vain. Lorsque j’attendais Adèle mon mari m’avait dit à propos de Joséphine, un prenom de mon top 3, “Oui on le donnera si un jour on a une seconde fille”. Je lui ressors donc l’argument, mais il n’est pas emballé du tout et bien ennuyé de sa proposition… Nous continuons donc à chercher… 

A 7 mois de grossesse nous découvrons la sainte Bertille, et ô surprise nous aimons tous deux ce prénom ancien et très pétillant ! Mais les hésitations continuent… Jusqu’au jour où mon mari me dit qu’il est finalement d’accord pour Joséphine ! Je suis tellement chamboulée que ce prénom que j’aime depuis si longtemps devienne possible que je n’en dors pas de la nuit ! Je le trouve très chic et racé, et j’aime les références aux femmes de tempérament qui l’ont porté. Les hésitations reviennent (prénom et nom de famille sont longs, et le côté trop bcbg peut-être…). Jusqu’à la naissance nous hésitons entre Bertille et Joséphine, mais je sens au fond de moi que si je l’ose, Joséphine sera parfait (n’est-ce pas Alain B ?) et que je risque de regretter éternellement de ne pas avoir donné ce prénom coup de coeur. 

Joséphine nous a rejoints en janvier 2018, il nous aura fallu un peu de temps pour apprivoiser ce prénom long, et sans doute moins évident à prononcer qu’Adèle. Evidemment, maintenant que nous l’avons adopté, nous ne le changerions pour rien au monde ! Elle n’a que 4 mois, aussi pas évident d’imaginer celle qu’elle deviendra mais elle est calme et très souriante pour le moment. Elle porte en seconds prénoms celui d’une tante paternelle, Alice, et nous lui avons donné Prune, que nous aimions tant en attendant Adèle.”

Vos enfants portent des prénoms anciens, rares et/ou originaux ? N’hésitez pas à témoigner et partagez avec nous votre Jolie Fratrie : contact@jolisprenoms.fr